descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Beauvais-Paris

plan de la ligne Beauvais-Paris

mardi 31 octobre 2017, 16:39

Comment on peut faire diminuer la présence des colis suspects ?

par Eric Gastan

La semaine dernière, vous avez connu de nombreuses perturbations à cause d’un colis abandonné. Lorsque le propriétaire d’un bagage non étiqueté n’est pas retrouvé et que le plan Vigipirate est activé, on doit faire intervenir une vingtaine de personnes : gendarmerie, pompier, déminage, agents SNCF et du coup, cela ralentit le trafic, et vous vous retrouvez bloqués un peu partout.

Plusieurs d’entre vous se sont d’ailleurs exprimés à ce sujet : certains faisaient remarquer qu’il fallait arrêter avec la « psychose » des colis abandonné : sur ce sujet, comme je le disais, il y a des textes de loi, et des procédures qui s’appliquent. On ne peut pas prendre de risques.

D’autres ont suggéré de faire appliquer l’étiquetage obligatoire et des contrôles : nous avons expérimenté les contrôles avant l’accès aux trains, mais c’est trop lourd à assurer et ça a une incidence sur la régularité.

Des enjeux importants donc, et des contraintes fortes.  C’est pourquoi, l’une des pistes à travailler à mon avis, c’est la sensibilisation à l’étiquettage auprès des voyageurs. 

Le service e-tiquette

En janvier 2015, la SNCF a créée le service en ligne d’étiquetage : ça s’appelle e-Tiquette. 

À quoi ça sert  ?

  1. Il vous permet de personnaliser vos étiquettes bagages afin qu’ils soient facilement identifiables pour les agents (et du coup, éviter autant que possible le déclenchement d’une procédure « Colis suspect »).
  2. Il facilite le rapprochement en cas de perte d’un objet dans un train ou une gare, grâce à un identifiant unique présent sur les étiquettes personnalisées.

 

Comment ça marche ?

Vous pouvez retrouver toutes les infos qui permettent de renseigner et d’éditer les étiquettes à accrocher ou coller à vos bagages sur la page du site Gares & Connexions, à cette adresse : https://www.gares-sncf.com/fr/nos-services/e-tiquette

Il y  plusieurs formats disponibles : un format utilisable directement sans support, et deux formats standards. Ca permet de les adapter à vos objets, bagages. Evidemment, je ne vous cache pas que ça prend un peu de temps : il faut remplir un formulaire, éditer, imprimer…  Mais ça peut valoir le coup, pour les deux raisons dont je parlais plus haut : éviter d’avoir des colis suspects à répétition et un trafic perturbé ; et puis bien sûr retrouver plus facilement un objet perdu.

Récupérer son étiquette en gare

Il y a également la formule plus traditionnelle, plus simple peut-être aussi : demander une étiquette en gare. Vous pouvez les retrouver au guichet ou demander à l’agent afin de récupérer une étiquette de bagage  : vous pourrez ensuite renseigner votre nom, votre adresse et votre numéro de téléphone et l’apposer dessus. Peut-être que certains d’entre vous l’ont déjà fait d’ailleurs.

Evidemment, certains me diront qu’en tant que voyageurs du quotidien, ces outils ne les concernent pas : on va au bureau, on en revient, on a juste un petit sac qu’on garde avec soi, et c’est tout. Pas de problèmes d’oubli.

C’est pas totalement faux, mais il peut arriver d’avoir, de temps en temps, sur soi : un sac de sport, une sacoche avec un ordi, un sac de courses, etc. Et c’est là où on peut facilement laisser de côté l’un de ses bagages. Avec une étiquette, on est (un peu plus) tranquille.

Nous avons bien sûr d’autres pistes de travail (améliorer les contrôles, à défaut de ne pouvoir les rendre obligatoire pour l’instant ; renforcer la surveillance). Mais sur le travail spécifique des étiquettes, le travail consiste aujourd’hui, comme je le disais au début de cet article, à sensibiliser le plus possible, à encourager les voyageurs à utiliser cet outil là.