descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Beauvais-Paris

plan de la ligne Beauvais-Paris

mardi 06 décembre 2016, 17:53

Retour en détail sur ce qu’il s’est passé les 29 et 30 novembre dernier

par Eric Gastan

Cela m’a pris quelques jours pour me mettre à ce récapitulatif, j’étais peu derrière mon ordinateur ces derniers jours (d’ailleurs j’étais moi-même à Beauvais en soirée le 29 et à Beauvais et Méru le 30 novembre de 5h du matin à 19h). Vue l’importance des perturbations, je pense que ça vaut le coup, à froid, de vous résumer un peu méthodiquement les événements. Et ce d’autant plus que vous n’avez pas toujours eu d’infos, d’après ce que j’ai lu dans les commentaires.

 

L’origine

Le mardi 29, lors d’une tournée de ligne d’un agent de l’équipement, il a signalé une zone de 12,2 km (dont 5 passages à niveau) qui comportait des risques de « déshuntage ».

Qu’est-ce que le déshuntage ?

La ligne Beauvais Paris est gérée en partie par le PRCI de Beauvais (poste d’aiguillage informatisé). Pour que les circulations se suivent, il faut qu’un canton (une partie de voie) soit dégagé pour que le train suivant puisse partir.

Dans le cas de mardi, nous n’avions pas de confirmation que le train avait dégagé le canton, pour que le suivant circule. La confirmation se fait par le contact des essieux (roues du train) avec le rail : on appelle ça le shuntage.

Les risquent principaux :

  • Un train circulant, alors que le précédent est toujours sur la voie, avec un risque important que le train circulant percute le train qui le précède (notamment s’il est à l’arrêt).
  • Des passages à niveau  qui ne se ferment pas à l’approche du train, avec un risque de collision avec des automobilistes ou piétons.

Lorsqu’il n’y a plus de shuntage, nous sommes donc en configuration de déshuntage, et des procédures spécifiques sont mises en places.

 

Les impacts sur les circulations du mardi

  • le 847427 16h05 est le premier train impacté, il est terminus Méru avec correspondance par car pour Beauvais.
  • les trains supprimés totalement dans le sens Paris Nord / Beauvais : 847439 et 847447.
  • les trains partiellement supprimés dans le sens Paris Nord / Beauvais avec correspondance à Méru par cars : 847427 / 847429 / 847433 / 847435 / 847441 / 847449 / 847451.
  • Les trains supprimés totalement dans le sens Beauvais / Paris Nord : 847450 et 847454.
  • Les trains partiellement supprimés dans le sens Beauvais / Paris Nord avec départ par cars de Beauvais pour Méru : 847438 / 847440 / 847444 / 847446.

 

Ce que l’on a essayé de faire pour vous permettre d’effectuer votre trajet

« L’astreinte commerciale » (l’Unité Opérationnelle de l’Oise dispose d’une astreinte 24 / 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par ans, en général il s’agit d’un cadre) s’est rendue en gare de Méru avec deux agents pour gérer le flux de voyageurs, et notamment les correspondances par car dans les deux sens. Je serais preneur de vos remontées, notamment si vous avez utilisé les cars en correspondances.

A Beauvais, deux encadrants et les agents d’escale de la gare ont géré les cars et vous ont invité à emprunter le Beauvais / Creil avec correspondance à Creil pour Paris : le nombre de cars était insuffisant pour transporter le nombre de voyageurs présents. Comme pour Méru, j’aimerais connaitre vos remontées sur les correspondances par cars et sur l’info en temps réel.

La ligne Beauvais / Creil a donc été impactée aussi, étant donné que les Creil Beauvais étaient en attente des arrivées de Paris. On a fait ce choix pour désengorger la gare de Méru, sachant que nous étions en sous-capacité avec les cars (pour info, un car peut prendre 55 personnes). Pour l’avoir déjà mis en pratique dans des circonstances similaires, on peut dire que c’est le « meilleur » choix dans ce genre de configuration d’incident.

Un plan de transport adapté a été ensuite mis en place pour la soirée de mardi : ce plan a été mis en place avec le matériel disponible. Par « matériel disponible », je veux dire : le matériel roulant que nous avions à disposition en gare de Beauvais le mardi 29 au soir.

 

Pourquoi ça continue le lendemain, mercredi

Le mercredi 30, certains dysfonctionnements ne sont pas résolus, et toutes les conditions de sécurité ne sont donc pas réunies. En effet, deux techniciens prennent le premier train 847402 (5h13 parti à 5h26) avec pour objectif de vérifier si le shuntage se fait correctement, notamment au passage des passages à niveau.

Leur constat : des zones restent encore en dysfonctionnement, comme expliqué plus haut, c’est-à-dire que nous avions encore des zones en déshuntage et la circulation ne peut alors se faire à vitesse normale. Le plan de transport mis en place la veille va donc se faire avec difficulté.

Le 847402 a circulé jusqu’à Méru, puis a fait ensuite la mission 847408 au départ de Méru : le but était de tester la voie avec la rame et d’amener une partie des voyageurs de Beauvais jusqu’à Méru pour désengorger la gare de Beauvais. Des cars sont mis en place au départ de Beauvais et les voyageurs sont, comme la veille, invités à emprunter le Beauvais / Creil avec correspondance à Creil pour Paris.

 

Les impacts sur les circulations du mercredi

  • Les trains supprimés dans le sens Beauvais / Paris Nord : 847422 / 847440 / 847450.
  • Les trains supprimés dans le sens Paris Nord / Beauvais : 847407 / 847429 / 847441 / 847447.
  • Les trains partiellement supprimés de Beauvais à Méru : 847402 / 847406 / 847408 / 847414 / 847416 / 847420 /847426 / 847 428 / 847430 /847434 / 847438 / 84744 / 847446.
  • Les trains partiellement supprimés dans le sens Paris Nord / Beauvais : 847401 / 847405 / 847411 / 847415 / 847417 / 847419 / 847421 / 847423 / 847427 / 847435.

 

Mercredi, nous avons également fait intervenir le wagon laveur, avec passage d’une deuxième machine spécifique pour brosser le rail. Suite à ces interventions, les conditions de sécurité optimales ont pu être validées à 19h12. Concrètement, cela veut dire qu’il n’était pas possible de remettre une situation normale avant la journée du 1er décembre.

 

Ce que l’on a essayé de faire pour vous permettre d’effectuer votre trajet

Mercredi matin, un cadre avec deux agents étaient en place en gare de Méru dès 5h pour gérer le flux avec les cars et vous informer autant que possible. A Beauvais, un cadre avec trois agents d’escale et des médiateurs étaient là.

Mercredi après midi et soirée, nous avons mis deux cadres en gare de Méru avec deux agents d’accueil ; et à Beauvais, deux cadres avec trois agents d’escale et des médiateurs.

 

Le point critique d’après vos retours

Je vais ici un peu au-delà de l’agacement immédiat qui peut s’exprimer – et je le comprends bien – lorsque l’on subit ce type d’incident : il y a en effet des contraintes qui nous obligent, dans cet exemple, à supprimer des trains, et on a essayé, en gares, de faire au mieux avec le personnel présent, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu des failles ou des points aveugles dans le dispositif.

Si j’en crois les commentaires que j’ai reçus la semaine dernière sur ces 2 journées, l’information par annonce ou SMS n’a pas bien fonctionné, ou pas toujours. Comme vous êtes plusieurs à m’avoir fait des signalements détaillés sur ce point, je les ai compilés pour les soumettre au service qui gère l’info voyageurs. D’autant que cela recoupait un peu mon expérience puisque j’ai moi même constaté un dysfonctionnement d’information en gare de Méru (un quai mal affiché, en l’occurrence).

 

Après, pour avoir été moi-même au milieu du dispositif, nous avons essayé de donner un maximum d’infos, mais celle que vous attendez n’est pas toujours disponible au moment où vous l’attendez (où est le train, quel bus devrai-je prendre). En effet, depuis plusieurs années, le besoin exprimé par les clients – mais vous le savez déjà – était d’avoir des infos plus rapidement. Le TER Picardie a donc mis en place, à travers différents canaux (SMS, afficheurs légers, sonorisation …..), des process pour transmettre des infos plus « au fil de l’eau » qu’on ne le faisait avant.

D’un côté, cette mise en place rassure, c’est vrai, par la rapidité de l’information ; malheureusement, même si cette info est fondée au moment où elle est donnée, elle peut évoluer rapidement. Exemple dans le cas présent : à Méru, où j’étais, Beauvais nous annonçait un train au départ, information que nous retransmettions alors aux clients présents. Mais au fur et mesure que le train circulait, il prenait de plus en plus de retard suite aux déshuntages : nous étions alors obligé de revoir l’information et de nous adapter… Ces indications changeantes ont agacé une partie des voyageurs présents – ce que confirmeront ensuite certains de vos commentaires sur le blog. C’est un équilibre à trouver, mais disons qu’il y a, lors de fortes perturbations, un sacrifice de certitude au profit de la vitesse, et vice-versa…