descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Dijon-Belfort

plan de la ligne Dijon-Belfort

dimanche 18 septembre 2016, 21:40

L’affectation du matériel, comment ça marche ?

par Yves Marinot

Bonjour à toutes et à tous,

Le dernier article a amené une question  sur l’affectation du matériel, pour y répondre,  j’ai questionné Yvan, l’expert Matériel de TER Franche-Comté :

Hors cas d’aléas gérés par le centre opérationnel et les escales, le matériel est affecté en fonction de roulements créés pour chaque série à chaque service annuel.

Les roulements sont conçus par des collègues du service Production de TER Franche-Comte basés à BESANCON. Ces roulements prédéfinissent l’affectation d’un matériel sur un train donné de telle série  ou de telle autre…
Les contraintes  pour construire ces roulements sont multiples et assez complexes, elles sont liées :

 à l’infrastructure :
– au mode de traction : si la ligne n’est pas électrifiée , impossible bien sûr d’y faire circuler un engin électrique
– à la tension de traction : si l’engin fonctionne sous 1500V continu uniquement, impossible d’aller sous 25000KV monophasé (section de séparation à Dole et à St-Amour)-  désolé ça devient technique.
– à la longueur des quais des haltes et gares desservies : nous avons l’obligation légale de limiter au maximum ce que l’on appelle dans notre jargon les VHQ (véhicule Hors-Quai) et d’en diminuer le nombre d’année en année.
Certains  matériels ne sont pas certifiés  pour circuler sur certaines lignes en raison de leur poids ou du profil de la ligne ( ST  Claude par exemple)
 à la desserte :
– Les matériels dont la vitesse maximum est de 140 (RRR, X73500) ne peuvent pas être affectés à  des trains dont la vitesse de circulation est prévue à 160.
-certains matériels peuvent être inadaptés à certaines dessertes : par exemple, on évite de mettre des rames Corail sur les trains péri-urbains avec de nombreux arrêts ( le plancher haut et les portes étroites ralentissent les flux…)
Il y a aussi parfois la nécessité d’uniformisation de parc sur un axe, qui peut être liée au service prévu sur la desserte de cet axe (par exemple, matériel Corail plus confortable pour les longs trajets (Belfort Lyon).
 à la correspondance entre le parc et le besoin :
– En fonction des comptages voyageurs des services précédents, les rames les plus capacitaires  sont attribuées prioritairement aux trains ou les clients sont les plus nombreux, les matériels moins capacitaires sur les trains qui nécessitent moins de places, ce qui peut conduire à des arbitrages, le nombre de rames capacitaires n’étant pas extensible.
 à la maintenance : Pour assurer une sécurité sans faille, le materiel est entretenu selon un cahier des charges très strict qui nécessite des passages réguliers en Technicentre . La totalité du parc ne peut donc pas être affectée en simultané sur les trains.
Une fois les roulements fournis pour un nouveau service, ils restent globalement figés mais peuvent être  adaptés ponctuellement de manière hebdomadaire pour différentes causes (travaux, évolutions de la fréquentation, changement de matériel suite avarie,  radiation ou nouvelle livraison…)

image

quelques mots sur les circulations des  Regiolis :

les besoins capacitaires de la ligne Saône-Doubs sont plutôt  bien adaptés aux 217 places assises du Régiolis (contrairement à la ligne du Revermont où les comptages montrent une fréquentation moindre pour aller de Besançon à Lons, et supérieure pour certains trains allant à Lyon et où le matériel Corail est plus approprié…)
Les trains actuellement assurés en Régiolis jusqu’à Lyon le samedi et le Dimanche, étaient auparavant assurés par des AGC 160 places qui se trouvaient en sous-capacité à l’approche de Lyon. Le matériel Régiolis étant moins sollicité le WE, les collègues ont  pu réaffecter un  Régiolis sur ces trains les  samedi et le dimanche.

 

bonne semaine