descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Les Arcs – Grasse – Nice-Ville

plan de la ligne Les Arcs – Grasse – Nice-Ville

mardi 23 mai 2017, 12:25

La procédure en cas de colis suspect : comment ça marche, pourquoi ça prend du temps ?

par Lydie Denizart

Je reviens sur un événement qui date un peu maintenant. Vendredi 12 mai,  j’ai été bloquée, comme beaucoup d’entre vous, dans le train, en pleine heure de pointe du soir. D’autres usagers se sont aussi retrouvés dans les gares sans possibilité de départ. Ces perturbations faisaient suite à une procédure de colis suspect.

Cette procédure a été déclenchée pour un colis suspect dans le souterrain de la gare de Cannes-la-Bocca. Elle prend du temps, et peut évidemment ralentir la circulation, lorsque, comme le 12 mai, le colis se trouve dans un souterrain.

Derrière ce motif de « colis suspect », il y a une procédure bien définie. Je vous détaille ici les différentes étapes qui en font partie.

Le colis abandonné est découvert.

1. Si le bagage n’est pas étiqueté, les agents de l’équipe d’escale en gare recherche le propriétaire à proximité ou sur les vidéos de surveillance.

2. Un périmètre de précaution est mis en place.

3. Les forces de l’ordre sont préavisées.

4. Si le propriétaire n’est pas trouvé, le colis « abandonné » devient un colis « douteux ».

5. Intervention des forces de l’ordre et extension du périmètre de sécurité.

6. A l’arrivée des forces de l’ordre, les équipes SNCF se placent sous leur autorité.

7. Dans 10 % des cas, il y a une levée du doute sur la dangerosité du colis et dans 90 % des cas le colis est déclaré « suspect ».

8. Appel aux démineurs et communication de précisions pour les aider à calibrer leur intervention.

9. Arrivée des démineurs pour la phase d’examen.

10. Levée du doute ou destruction du colis.

 

Voilà la procédure qui est obligatoirement mise en place. C’est ce qui explique la durée de ce genre d’intervention et le temps d’attente pour nous voyageurs qui varie entre 1h et 2h (parfois en gare, parfois à bord), voire plus suivant l’heure d’intervention et le lieu.

De mon côté, comme je vous le disais au début de l’article, j’étais à bord d’un train bloqué à Antibes, nous avons été bien informés par des annonces à bord puis nous avons dû patienter sur le quai jusqu’à la fin de l’incident, nous étions nombreux à commander des pizzas pour le repas du soir 😉

N’hésitez pas si vous avez des questions. Ou si vous souhaitez me dire comment ça s’est passé pour vous ce jour là, et si  vous avez été bien informés. Parce que c’est bien là que réside l’enjeu : on est en gare, ou à bord, et on doit attendre, on ne sait pas toujours combien de temps. Le fait d’être informé permet de s’organiser.