17h24 au départ de Lyon Part-Dieu

Frédéric Satre

Frédéric Satre

icon-email

Vous avez été plusieurs à me signaler les retards et suppressions du train partant à 17h24 de Lyon Part-Dieu pour Saint-Etienne-Châteaucreux sur ces derniers jours. Vous trouverez ci-dessous une analyse des causes principales de ces retards et les moyens mis en œuvre pour y remédier.

Comment est « fabriqué » le train 886 736/7 départ 17h24  ?

Le train vient à vide du Technicentre de Vénissieux avec une composition habituelle de 2 rames Regio 2N.

Au Technicentre, les deux rames ont été entretenues et révisées dans la journée. Les 2 rames sont séparées pour les opérations d’entretien puis elles sont accrochées à nouveau une fois les opérations terminées (raccordement).

Le train est prévu de partir à 17h01 du Technicentre de Vénissieux pour une arrivée à 17h12 en gare de Lyon Part-Dieu.

Le conducteur avant de partir procède à la préparation de son train et aux essais de sécurité, une fois prêt au départ, il demande l’autorisation de se mettre en mouvement puis il s’annonce au signal de sortie afin d’avoir le feu vert du poste d’aiguillage centralisé qui le mènera jusqu’à Lyon Part-Dieu. Il doit s’insérer dans un trafic dense et il est impératif qu’il puisse circuler dans son sillon horaire sans cela il doit laisser passer d’autres trains qui sont à l’heure dans leur sillon.

Quelles sont les causes de retard et de suppression sur juin et juillet ?

Sur les mois de juin et juillet 2018, le train de 17h24 a été supprimé 3 fois  :

  • 06 juin : problème lors de l’accroche entre les deux rames.
  • 25 juin : difficultés lors de la préparation du train qui amène à sa suppression.
  • 03 juillet : matériel HS et pas d’autres rames disponibles.

 

Sur les mois de juin et juillet, ce train a été 3 fois en retard de plus de 15 minutes  :

  • 19 juin : 17 minutes au départ, 20 à l’arrivée,  formation et accroche tardive au Technicentre de Vénissieux ce qui conduit à l’arrivée en retard à Part-Dieu.
  • 21 juin : 26 minutes au départ, 26 à l’arrivée, gare de Lyon Part-Dieu saturée avec des impossibilité d’accepter tous les trains.
  • 04 juillet : 32 minutes au départ, 44 à l’arrivée, difficultés de préparation des rames au Technicentre de Vénissieux ce qui conduit à l’arrivée en retard à Part-Dieu, puis peu après le départ de Lyon Part-Dieu un arrêt à un signal d’arrêt accentue le retard.

Quel est le diagnostic ? Quelles actions à court-terme ?

Le diagnostic fait apparaitre deux causes principales identifiées  :

  • Des causes relatives au « Matériel » au Technicentre de Vénissieux : difficulté de préparation des rames, visites rendues en retard, accroche difficile entre les deux rames (accouplement).
  • Des causes relatives à la circulation du train entre le Technicentre de Vénissieux et le gare de Lyon Part-Dieu

Les actions à court-terme sont les suivantes :

Pour les causes « Matériel » :

Mon collègue en charge de la supervision du TER sollicite le Technicentre de Vénissieux pour une vigilance particulière sur la préparation des deux rames (visite, entretien et accroche) ceci afin que le conducteur puisse se présenter « prêt au départ » suffisamment en amont du départ de Vénissieux.

Pour les causes « Circulation » :

Mon collègue de la supervision contacte le responsable « Production TER  » du noeud ferroviaire lyonnais.

Il va lui demande d’aborder le sujet de la circulation de la rame vide entre le Technicentre de Vénissieux et la gare de Lyon Part-Dieu dans ses réunions « Ponctualité » avec SNCF Réseau qui assure la circulations des trains par son poste d’aiguillage centralisé.

 

Je reste à votre disposition pour toutes questions.

 

 

8 commentaires pour “17h24 au départ de Lyon Part-Dieu”

  1. Isabelle

    Bonsoir,

    il est 19h et on n’a toujours pas le programme de circulation de demain… ca fait tard.
    Les avez vous?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonsoir Isabelle,

      Le billet est fait sur le blog.
      Mes collègues préparent la mise en ligne sur le site TER qui est en cours.

  2. Xav

    Le 17h54 de ce soir, une seule rame et 15 minutes de retard (non-annoncées), et que dire des 18h24 « farces et attrapes ».

    Les seuls horaires de pointe qu’on ne peut qualifier de « malades » sur ces deux dernières années, c’est les Sainté-Perrache, et vous venez de les shooter.

    Alors oui, c’est la région, m’enfin vous n’êtes guère combatifs sur le sujet… Quand vous serez mis en concurrence, le même mec qui vous ordonne de faire des conneries vous les reprochera.
    Je ne sais pas comment vous voyez votre avenir, mais si c’est de refaire des gares à neuf pour le plaisir de ne PAS y faire passer de train, c’est en bonne voie. Sinon va falloir commencer à renâcler (c’est ce que font les grosses boîtes soit dit en passant, le client roi, ça n’existe pas, regardez les autres mandataires de « service public », genre Vinci ou Bolloré, regardez bien qui décide vraiment et empoche le magot, je vous demande pas de voler l’argent, juste de vous donner une chance de faire votre boulot).

    Le diagnostic ne change jamais : votre matos est pourri, et vous faites passer tous vos trains au même endroit.

    Vos actions à court terme ressemblent aux actions à court terme de l’an dernier, sans doute de celle d’avant. A-t-on un seul élément permettant de croire que quelque chose va changer?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonsoir,

      Si je ne croyais pas à ce que j’écris, je ne serai pas là.
      La situation n’est pas homogène et on a des trains qui sont presque toujours à l’heure et d’autres presque jamais, « les trains malades », c’est ces trains sur lesquels nous concentrons nos moyens et notre attention.

      La période actuelle est compliqué car on sort d’un énorme mouvement de grève qui a fortement perturbée notre organisation et nos fondamentaux.
      On ira mieux dans les prochains jours.

      Ce que vous décrivez est plutôt pessimiste, c’est votre analyse et elle vous appartient.

      Bonne soirée.

    • Xav

      Y croire c’est bien, avoir une raison pour le faire, c’est mieux.

      Pour ma part, je crois que la grève a bon dos, les scènes vécues en gare de Part-Dieu entre deux grèves rappellent étrangement celles vécues avant la grève.

      Sauf qu’on ne peut même plus se rabattre sur le perrache, déphasé, plus lent et beaucoup trop plein sur le tronçon du petit Givors. Mince, on est en juillet, y’a plus les scolaires et c’est quand même ingérable. Et c’est ça qui est pérennisé. Le diagnostic, c’est la saturation de part-dieu, la solution c’est d’abandonner Perrache. C’est pas une question de pessimisme,
      votre responsable production, il va s’embêter à optimiser pour gagner 2% pendant qu’on lui enlève 20% de l’autre côté, il part pas gagnant.

      Et je sais pas si vous réalisez ce qu’on ressent quand on lit encore dans le diagnostic « problème d’accroche »
      2 ans et moult maintenances pour échouer à accrocher deux wagons? A quel moment on a oublié comment on faisait un train?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Oui, certainement, la grève n’est pas responsable de toutes les difficultés actuelles, et en particulier de Lyon Part-Dieu.
      Elle est un facteur d’accroissement et d’amplification de ces difficultés.

      Comme je le disais à Danish, hier, jeudi 05 juillet, nous avons eu un blocage des circulations ferroviaires au sud de Lyon Part-Dieu entre 10h30 et 13h30 suite à un accident de personne.
      Cela a eu de multiples répercussions qui se sont étendues tard dans l’après-midi, avec des retards qui se sont répercutés et un roulement des rames désorganisés avec des compositions avec une seule rame.

      Concernant la décision de supprimer les « petits Givors », c’est une décision de l’autorité organisatrice qui lui appartient.
      C’est vrai que sur Perrache, encore plus depuis que l’on peut faire des départs/arrivées sur les voies J/K, on a des taux de ponctualité qui sont nettement supérieurs à ceux de Part-Dieu.
      Pour Part-Dieu, une des solutions initiées pour désengorger le noeud ferroviaire lyonnais est de diamétraliser les trains, exemple Ambérieu-St-Etienne en passant par Lyon Part-Dieu, elle porte ses fruits avec des trains beaucoup plus à l’heure que ceux qui sont origine.
      On le voit bien en comparant le train de 17h24 qui est origine de Part-Dieu avec une rame venant de Vénissieux, et souvent en retard, et le train de 17h54 qui vient d’Ambérieu souvent à l’heure.

      Sur l’accroche, vous avez raison, c’était plus fiable avant, ayant moi-même fait des attelages je ne peux que valider, avec des liaisons pneumatiques et électriques par câblots entre la locomotive et la rame ou entre autorails ou automotrices.
      Le problème actuel d’accroche entre deux rames Regio 2N est surtout relié à l’informatique qui gère tout le fonctionnement des deux rames. On a plus de sécurité grâce à cette informatique qui gère notamment la sécurité à bord mais on est plus fragile pour la reconnaissance entre elles des deux rames. Cela arrive aussi sur les rames thermique ou bi-modes même si l’on a moins d’informatique embarquée. Ces incidents d’attelage entre deux rames qui étaient très fréquents sont de plus en plus rare.

      Les sujets que vous abordez sont pertinents et je vous en remercie.
      Les réponses que j’apporte sont partielles au vu de la complexité et de l’étendue des domaines.

  3. Danish42

    Le 18h24 est en rame unique depuis hier, lui aussi semble malade.
    Hier c’etait moyennement vivable, ce soir ça ne l’était pas du tout: une rixe a opposé un voyageur à d’autres. Ça criait et ça se battait au milieu des gens. En pleine rame bondée, pendant le voyage !
    L’homme a été interpellé très violemment par la police des transports à Givors, entraînant 20 minutes de retard.

    Prochaine étape: une bagarre dans la rame ?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Oui, effectivement, le 18h24 est plutôt ponctuel mais il n’est pas toujours avec deux rames.
      Le terme « malade » est actuellement utilisé pour la ponctualité mais pas pour la composition des trains.

      Hier, tout le roulement de notre ligne a été perturbé par l’accident de personne le matin entre Part-Dieu et Perrache.
      Les conséquences ont été très importantes avec le blocage du trafic entre ces deux gares, et donc de tout les trains devant partir et arriver de Lyon Part-Dieu par le sud en provenance de St-Etienne de 10h30 à 12h30.

      Cela peut arriver une rixe entre personne, notamment sur la voie publique, mais c’est heureusement rare dans nos trains.
      La Police des transports est très présente épaulée par la Sûreté SNCF.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles