Accident de personne à Meximieux puis incident électrique à Châteaucreux

Frédéric Satre

Frédéric Satre

icon-email

Ce mardi 05 juin matin, aux alentours de 04h00 du matin, un train de fret a percuté une personne allongée sur la voie près de Meximieux sur la ligne Lyon-Ambérieu.

Les conséquences ont été lourdes et importantes au départ de St-Etienne-Châteaucreux pour Lyon Part-Dieu dû fait de l’absence des rames qui ne sont jamais parties d’Ambérieu.

Quelles conséquences ?

Le trafic ferroviaire a été interrompu dans les deux sens entre Ambérieu et Lyon de 04h00 jusqu’à environ 07h00.

La reprise a été possible lorsque l’officier de Police Judiciaire l’a autorisée.

Quels trains majeurs ont été supprimés ?

Deux trains au départ d’Ambérieu ont été supprimés à destination de Lyon-part-Dieu et St-Etienne-Châteaucreux, ces deux trains une fois arrivés à destination devaient repartir pour Lyon Part-Dieu et Ambérieu, ce qui a entrainé deux autres suppressions :

Voici les 4 trains supprimés  :

  • 886 700/1, départ à 06h24 de Part-Dieu, arrivée à  Châteaucreux à 07h10  qui repart à 07h20 en 886 810/9 pour part-Dieu et Ambérieu.
  • 886 702/3, départ à 06h54 de Part-Dieu, arrivée à  Châteaucreux à 07h40  qui repart à 07h50 en 886 812/9 pour part-Dieu et Ambérieu.

Pourquoi une telle situation au final à St-Etienne  ?

Cette situation suite à un incident hors de notre ligne a trois causes principales :

  • La diamétralisation : c’est à dire des trains qui transitent par Part-Dieu entre Ambérieu et St-Etienne et vice-versa, le but est d’éviter « l’embouteillage » du noeud ferroviaire lyonnais par des mouvement à vide et la saturation des chantiers de remisage.
  • Des crochets courts : venant d’Ambérieu/Lyon Part-Dieu, une fois le train arrivé dans la gare de destination, en l’occurrence Saint-Etienne-Châteaucreux, la rame est réutilisée pour faire un autre train en sens inverse pour Part-Dieu/Ambérieu dans un délai extrêmement court de 10 minutes.
  • Aucune rame de réserve : il n’y a pas de rames de réserve pour remplacer au pied levé une rame absente.

Nous travaillons donc « sans filet », ce qui est efficace et productif en situation normale se transforme à l’inverse en situation perturbée.

Un problème de tension dans les caténaires au départ de St-Etienne-Châteaucreux

Dans le même temps, un problème de tension dans les caténaires au départ de St-Etienne-Châteaucreux a provoqué des retards au départ et à l’arrivée.

Le rétablissement de la situation a eu lieu vers 08h00.

Je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses pour ces suppressions et ces retards qui ont fortement perturbé votre trajet de ce mardi 05 juin.

 

23 commentaires pour “Accident de personne à Meximieux puis incident électrique à Châteaucreux”

  1. Danish

    Bonjour M.Satre

    Une question: il n’y a pas de rame de réserve vos dites. Est-ce du aux problèmes de matériel présents avant la grève ?
    Depuis le temps, les rames Regio2N défectueuses ont pourtant du être réparées non ?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonsoir,

      C’est vrai qu’avant les grèves, la situation n’était pas optimum pour la disponibilité des Regio 2N.
      Il ne s’agissait plus d’un problème de fiabilité mais bien de la capacité à entretenir les Regio 2N en ce qui concerne les visites obligatoires de sécurité qui conditionnent la circulation de la rame.

      Nos rames Regio 2N fonctionnent maintenant très correctement et sont fiables.
      La difficulté est bien d’avoir des rames disponibles et attribuées pour parer à ce type d’incident.

      En effet, nous engageons tout le parc disponible des Regio2N sur des trains et ne conservons pas de rames Regio2N dédiés pour un éventuel remplacement.

      Ce mardi matin 06 juin, à St-Etienne-Châteaucreux ou sur Lyon, nous n’avions pas de rames disponibles qui puissent assurer le remplacement au pied-levé. Des recherches ont bien sûr été effectuée par les opérationnels mais si l’on avait pris une rame cela aurait été au détriment d’un autre train qu’il aurait fallu supprimer.

      Pour information, à partir du 11 juin, nous allons rajouter des trains, notamment entre Firminy/St-Etienne et Lyon-Perrache et retour, car nous retrouvons de la disponibilité pour les rames Regio 2N.

    • Danish

      Merci de votre réponse.
      Bon enfin je vais oublier que j’ai lu « les Regio2N sont très fiables » vu qu’au moment où je lisais ces lignes, j’etais dans le 18h24 de Lyon Part-Dieu et on venait de me virer de la rame du fond pour gagner la rame de tête suite à un problème technique.

      La rame de tête étant complètement saturée, une bonne ç gtaine de voyageurs étaient encore à quai, les autres poussaient pour y entrer quand soudain vers 18h35, une annonce nous reporté TOUS sur la rame de queue, parce qu’en fait, c’etait celle de tête qui était en panne !

      Du grand cinéma burlesque, 800 personnes qui visent et remplissent des rames comme un sablier, j’ai trouvé ça tordant.

      Il est 18h43 on est toujours pas partis…

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Je vous en prie.
      Comme je l’ai dit à Xav, il ne s’agit pas d’un problème technique de dernière minute sur une rame Regio 2N.
      La rentrée de cette rame était bien prévue au Technicentre de Vénissieux.
      Le gestionnaire de rame a procédé à la rectification dans le logiciel de suivi à 12h59 le jour même.

      Il s’agit donc d’une mauvaise anticipation de cette manœuvre de coupe entre les deux rames Region 2N de la part de l’Escale de Lyon Part-Dieu. Une enquête est en cours pour avoir pourquoi on vous a laissé monter.

      Veuillez acceptez mes excuses pour ces difficultés.

    • Danish

      Rectification, on part à l’instant.

    • Xav

      On a encore pris la redoutable fiabilité de vos rames et votre capacité à gérer les problèmes en pleine figure.

      Etape 1 : annoncer 10 minutes de retard pour un problème de constitution du train
      Etape 2 : faire arriver un double rame en avance et laisser tout le monde s’installer, réduire le retard à 5 minutes (pourquoi, on ne sait).
      Etape 3 : 18h24 heure du départ théorique, demander aux gens du wagon de queue de descendre et d’aller s’entasser dans la wagon de tête.
      Etape 4 : attendre que ça soit bien tassé, façon Tetris
      Etape 5 : demander à tout le monde de s’extirper du wagon de tête pour venir s’entasser dans le wagon de queue. Et vite, merci.
      Etape 6 : partir finalement avec 15 min de retard
      Etape 7 : arriver avec 20 minutes de retard et demander au chauffeur de se garer le plus loiiinnn possible des accès escalier, des fois que quelqu’un aurait encore un espoir d’attraper un bus.

      Vous vous amusez bien?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonjour,

      J’ai demandé des explications à mon collègue Dirigeant Local Opérationnel sur ce qui s’est passé sur votre train de 18h24 de ce mercredi 06 juin.

      Il ne s’agit pas d’une panne inopinée d’une des deux rames Regio 2N car il était bien prévu que la deuxième rame rentre au Technicentre de Vénissieux. Je l’ai vérifié sur le logiciel opérationnel de gestion des rames.

      Je ne comprends pas comme vous pas pourquoi on vous a laissé monter dans la deuxième rame à Lyon part-Dieu.

      Mon collègue va mener l’enquête car il n’était pas de service hier après-midi.

      Je suis désolé pour ce qui s’est passé et je ne s’en suis pas fier du tout.

    • Xav

      Pardonnez moi, mais qui peut bien prévoir de diminuer de moitié la capacité d’un train d’extrême pointe et espérer que ça se passe bien? Pour les voyageurs s’entend. Et d’ailleurs comment ces derniers sont-ils censés le savoir avant qu’il ne soit trop tard.

      On enlève toute la séquence d’aller-retour où on se paie ouvertement notre tête, que reste-t-il? l’essentiel : on s’entasse dans un train qui ne peut tous nous contenir. Savoir que c’était prévu mais mal exécuté n’est pas de nature à rassurer qui que ce soit. Si la norme est inacceptable, on a du mal à encaisser les crises. Et ça c’est pas la grève, on sort de plus d’un an comme ça.

      Au final si on ne parle pas de maintenance inopinée, on parle de taux de disponibilité des rames? Désolé mais pour moi, c’est deux faces d’une même pièce, si les rames vivent mieux parce qu’on ne les utilise pas, ça me dérange quand même. Et si jamais on les utilise ailleurs, c’est bien qu’il en manque une quelque part.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Oui, vous avez raison dans votre analyse.

      Si la deuxième rame était prévue de rentrer au Technicentre, c’était pour une visite de sécurité obligatoire impérative.
      Sans cela, elle n’aurait pu circuler le lendemain avec des clients à bord.

      On a actuellement, et c’était le cas avant la grève, mais le phénomène est accentué, des difficultés pour assurer les visites obligatoires des rames.

      Pour bien faire, il faudrait que nos ateliers/Technicentre pour les visites simples soient sur nos lieux de garage en extrémité de ligne, c’est à dire Ambérieu ou Saint-Etienne-Châteaucreux.

      De fait, nous sommes en permanence en train de faire rentrer nos rames au Technicentre de Vénissieux pour des opérations relativement simples mais qui demandent une fosse ou un outillage spécialisé. Cela a aussi pour effet d’embouteiller notre Technicentre avec des manœuvres difficiles et des sorties délicates.

      Ce qui est efficace et qui permet d’éviter les rentrées au Technicentre, ce sont des équipes mobiles qui viennent sur les lieux de garage dans les gares pour assurer une réparation qui empêche la circulation du train, mais il ne s’agit pas de visites prévues.

      On travaille en 3×8 donc aussi de nuit dans les Technicentre, ce sera de plus en plus le cas afin de mettre en œuvre encore plus de rames le matin. C’est une des solutions pour avoir plus de disponibilité du parc avec un travail sur les rames mieux réparti.

    • Danish

      En revanche, Xav a raison sur un point: c’est un scandale que le conducteur se soit permis de garer son train touuuuuuut au fond de la voie E.
      Lui ça lui va bien, son local de maintenance est à 50 mètres mais les 700 voyageurs du train, eux, ils doivent aller prendre un escalier encombré à 300 mètres de la, avec valise et bagages. Sans parler du tram qui vous passe sous le nez à une minute près.
      Apres faut pas s’etonner que certains tentent de traverser les voies hein…

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      J’appellerai les responsables des conducteurs pour savoir qui était en tête du train afin de lui expliquer les conséquences de cet arrêt trop loin du passage souterrain. Je ne sais pas s’il a conscience de cela.

      Ce sujet de l’arrêt du train et de son positionnement avait déjà abordé sur des posts, notamment pour Part-Dieu.
      J’avais questionné mes collègues de l’Escale Part-Dieu sur ce sujet mais n’avait pas eu de réponse précise.
      Il n’y a plus vraiment de consignes précises.

      Auparavant, nous avions des règles assez précises avec des pancartes mentionnant soit le nombre de véhicules : 1V, 2V, 3V ou bien la tête du train, pancarte TT.
      Mais avec l’arrivée de différentes sortes d’automoteurs et d’automotrices avec des éléments de différentes longueur, et plus de trains avec une machine en tête et des voitures classiques, il n’était plus possible de les utiliser.

    • Danish

      Merci à vous.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Je vous en prie.

    • Xav

      Idéologiquement, je risque pas de me féliciter d’une généralisation des 3*8, notoirement connues pour esquinter le travailleur.
      Pour bien faire, il faut ensuite ajouter des repos compensatoires que le premier imbécile élu et ses perroquets s’empresseront de dénoncer comme « privilège »… ça s’est vu 😛

      J’aime bien l’idée d’un technicentre à Sainté, ça allègerait le trafic non-commercial (à vide) autour du nœud lyonnais qui n’a pas besoin de ça et ça nous permettrait de garder nos rames de pointe. Sainté reste un carrefour important.
      Après si le projet politique, c’est de remplacer tous les autres trains de l’étoile stéphanoise par des cars, ça sera moins intéressant 😉

      Merci pour les précisions sur l’arrivée à quai, effectivement ça fait des années que le placement est objectivement mauvais et ne s’adapte pas aux accès aux quais et à la taille du train, ou plutôt c’est à l’inspiration du moment. En terme de gestion de flux piétons ou de pré-positionnement sur le quai, c’est la cata, la volonté manifeste de surcharger les trains (augmentation artificielle de capacité+réduction de cadence) ne fait que le souligner.
      ça serait bien de trouver de nouvelles pratiques pérennes, si d’aventure on se retrouve avec plusieurs compagnies de trains avec chacune sa façon de merder, on n’a pas fini de rire.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Sans aller jusqu’à un Technicentre à St-Etienne-Châteaucreux, on pourrait déjà avoir un mini-centre de maintenance afin d’assurer les visites de sécurité obligatoires sur nos rames. C’est tout à fait plausible en terme d’efficacité industrielle afin de donner de la disponibilité à nos rames et libérer, comme vous le dites, notre noeud ferroviaire lyonnais bien saturé par ces mouvements techniques de rames à vide.

      Quant au sujet du positionnement à l’arrivée des trains, il y a vraiment un travail de fond à réaliser pour donner des pratiques identiques à l’ensemble des conducteurs.

  2. Nicolas-f

    Bonjour, et merci pour ces explications sur une situation qui était assez chaotique.

    Je profite de ce billet pour une question liée : depuis au moins 2 semaines, le Firminy — St Etienne — Part Dieu (départ de St Etienne à 8h11, sans arrêt entre St Etienne et Lyon) n’a qu’une seule rame, ce qui est systématiquement insuffisant.
    Est-ce un changement durable ou un problème temporaire qui met du temps à se résoudre ? Dans les 2 cas, pourquoi ?

    • Danish

      C’est prévu ainsi tant que la grève durera, voir billet du 15/04

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Oui, c’est tout à fait ça, voici le lien pour l’article. Merci.

      On a pu remettre dernièrement une deuxième rame au 07h11.
      C’est le train qui part la veille à 16h24 de Lyon Part-Dieu puis qui continue sur le Puy et qui repart le lendemain à 07h11.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonsoir,

      je vous en prie.

      Oui, effectivement, depuis le début de la grève nous n’avons plus qu’une seule rame BGC bi-modes de 160 places au train de 08h11.
      Nous avons pu remettre depuis quelques jours une deuxième rame BGC à son homologue de 07h11.

      Il s’agit de la difficulté à pouvoir avoir suffisamment de rames thermique ou bi-modes comme les BGC.
      En effet, nous devons de par l’origine du train qui vient du Puy en provenance d’une voie non électrifiée avoir obligatoirement ce type de matériel apte à circuler en mode thermique jusqu’à Firminy puis en mode électrique sous caténaire de Firminy à Lyon Part-Dieu.
      La cause de cette pénurie est bien notre incapacité à pouvoir entretenir toutes ces rames avec les visites obligatoires de sécurité.
      Il s’agit bien de réduire la voilure pour être sûr d’assurer ce qui est prévu plutôt que de supprimer des trains de façon aléatoire.
      Certaines lignes sont fortement touchées par ces réductions du nombre de trains, en particulier les lignes ayant des matériels thermiques ou bi-modes.
      Et cela touche aussi bien sûr la composition des trains qui de deux rames passent à une seule rame.

      Je vous laisse lire l’article que j’avais réalisé sur ce sujet qui donne des explications. A partir du 11 juin, la situation s’améliore et nous allons rajouter des trains, notamment entre Firminy/St-Etienne et Lyon-Perrache, car nous retrouvons de la disponibilité pour les rames Regio 2N.

  3. Gaël

    Bonsoir Monsieur,
    Merci pour vos précisions sur les diverses situations. Hier j’étais, comme beaucoup dans le 18h54 au départ de Part-Dieu et à destination de Châteaucreux. Nous avons été arrêté près d’une heure peu après Givors et au moment de l’arrêt, mes fenêtres donnaient sur un feu de Bengale allumé sur un poteau en bord de voie.
    Savez-vous de quoi il pouvait s’agir ? D’un dispositif d’alerte ?

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonjour Gaël,

      Oui, il s’agit bien d’un dispositif pour arrêter les trains.

      Je vais faire un billet pour expliquer ce qui s’est passé à Trèves-Burel suite à la foudre qui est tombé sur poste d’aiguillage télécommandé.

  4. cocotte

    Bonsoir,
    voici mon expérience sur la soirée d’hier:

    pour ma part, ce mardi soir, pour une fois, je décide de tenter le dernier train de 19h32 à Perrache ( je suis en vélo et il commence à pleuvoir, en plus le lointain est menaçant)….
    à 19h34 le conducteur fait l’annonce d’un problème technique qui retarde la train ( génial!)… sur l’application nous avons une info pour 15mn de retard… l’heure fatidique étant dépassée, je vais aux nouvelles auprès des agents de quais…
    là, j’ai 2 interlocuteurs:
    la « première » agent, je l’ai déjà pratiqué par le passé; elle est peu aimable, toujours incapable ( ou non désireuse) de donner la moindre info, et semble convaincu que ces sales usagers que nous sommes n’ont qu’à rester à leur place plutôt que de poser des questions stupides!
    Le deuxième agent est beaucoup plus abordable et semble comprendre qu’avec un minimum d’info nous pourrions savoir comment organiser notre soirée, et éventuellement nous rabattre sur une moyen de transport alternatif pour rentrer chez nous après une longue journée de boulot fatigante. ( ben oui, selon le type de problème le temps de retard peu considérablement s’allonger…)
    Il m’explique qu’il y a un problème sur les voies qui empêche la circulation des trains… on ne connait pas la durée…
    j’insiste, finalement le problème se situe à Givors…
    Ah oui? j’insiste encore… il s’agit d’un fumigène qu’un malotru à jeté sur les voies et comme on ne sait pas si c’est une accident malencontreux ou un acte de malveillance, il faut que les voies soient inspectées afin d’être sécurisée…
    ok, voilà des données exploitables… je sais que ce type d’intervention implique au moins 1h de retard minimum… il aura fallut tout de même insister pour obtenir les infos. Très gentiment l’agent a utilisé le talky pour savoir ce qui se passait…
    Franchement, pourquoi cacher aux usagers, aussi débiles que nous soyons, les raisons des retards? je l’ai déjà écrit sur ce blog, il faut COMMUNIQUER
    une info c’est du stress en moins pour nous et surtout l’opportunité de nous organiser…

    Bref; en ce qui me concerne, je n’ai pas attendu le départ du train; je suis montée sur mon vélo avec 30mn de perdu sur mon trajet… le ciel menaçant je l’ai rencontré à Pierre Bénite où c’était le déluge… des sceaux d’eau sur 5Km… je suis tout de même arrivée vivante à Grigny et aussi trempée que si je sortais du Rhône… seule soulagement je suis arrivée 15mn avant le train, qui à priori a circulé avec plus d’1heure de retard… j’ai estimé que le fumigène était sur les voies à partir de 19H15 puisqu’il a stoppé le train en provenance de Part Dieu… donc, nous aurions pu avoir l’info avant le départ de notre train de 19H32… au lieu de mettre 15mn de retard, autant tout de suite afficher 1H, non?
    c’est juste une remarque, je sais que ça ne changera rien, mais ça fait du bien de le dire.
    merci en tout cas à Mr Satre de nous lire.
    Bonne soirée
    ce soir, je n’ai pas pris le risque de prendre le train… de toute façon le ciel était clément 😉

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonjour,

      Je suis désolé pour ce voyage à vélo sous la pluie de notre faute.

      Je vais faire un billet qui expliquera ce qui s’est passé.

      Oui, l’information en situation perturbée passe par une explication en direct des agents d’Escale sur les quais.
      Ils sont là pour ça.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles