Bilan et analyse du 17h10 départ Perrache/ 17h15 Oullins

Frédéric Satre

Frédéric Satre

icon-email

Vous trouverez dans ce billet l’analyse des causes de retard du train 886 233/2, départ 17h10 de Lyon-Perrache, 17h15 Oullins, qui subit de nombreux retards répétitifs depuis janvier 2018.

Vous pouvez consulter deux billets déjà parus sur le sujet de ce train  :

Perrache : 16h40 en retard provoque le détournement du 17h10 rive-gauche

Train de 17h10 : départ de Lyon-Perrache sous surveillance

Comment est formé ce train de 17h10 au départ de Lyon-Perrache

La rame du train de 17h10 vient à vide du Technicentre de Vénissieux, celle-ci vient avec une autre rame qui fera un train pour St-André-le-Gaz. Le but est de gagner un mouvement (sillon de passage) à une heure de trafic très forte, au lieu de deux trains on en a 1 seul.

Une fois arrivé à Lyon-Perrache, sur une des voies A à I, on coupe les deux rames, la première rame côté nord/Vaise va manoeuvrer sur le pont de Saône pour revevenir voie J/K, la deuxième côté sud/Jean-Macé reste sur place pour faire le train pour St-André-le-Gaz.

 

Bilan de la régularité au départ de Lyon-Perrache

Il s’agit bien des chiffres de ponctualité au départ de Lyon-Perrache.

Régularité à 5’ du 01/01 au 06/03/18 => 71,74 %

Régularité à 5’ sur janvier => 81,82 %

Régularité 5’ sur février => 70,00 %

Régularité 5’ sur mars => 25,00 %

On constate bien une baisse continue et très importante depuis le mois de janvier

Un passage par la rive-gauche lorsque le retard est vraiment trop important

Lorsque son retard est vraiment trop important, le 886 233/2 passe par la rive-gauche via St-Fons et ne dessert pas la gare d’Oullins.

Cet itinéraire par la rive-gauche a deux objectifs :

  • Ne pas accentuer le retard du train par la manœuvre de rebroussement sur le pont de Saône, côté Vaise, pour ramener le train voie J/K
  • Ne pas provoquer le retard d’autres trains suite à l’occupation d’une voie en gare puis une manœuvre au moment où la gare de Lyon-Perrache est bien remplie.

Quels sont les causes de ces retards ?

  • Un départ de la rame vide au départ de Vénissieux trop proche de la fin de journée de la maintenance : risque de restitution tardive pour finir l’entretien et peu de marge pour la formation du train avec les deux rames vides par le service logistique.
  • L’impact de la saturation du site du Technicentre de Vénissieux : c’est compliqué de former une unité multiple de 2 Regio 2N dans un dépôt saturé, de plus si la maintenance les rends tardivement.
  • C’est compliqué de s’insérer dans le trafic ferroviaire très dense en sortie de Vénissieux (TGV, TER Grenoble), surtout si on est en retard et pas complètement calé dans le sillon prévu.
  • La coupe des deux rames et la manœuvre à prévoir à Lyon-Perrache : ces deux actions sont compliquées s’il y a du retard en sortie du dépôt de Vénissieux ou suite à la gestion des circulations entre Vénissieux  et Lyon-Perrache et aussi la gestion de l’occupation des voies à cette heure-là sur Lyon-Perrache avec de nombreux trains.

Quelles solutions pour remettre le train à l’heure ?

Une première solution immédiate est de pouvoir faire arriver la rame du 17h10 toute seule du Technicentre Vénissieux, ce qui facilite tout le processus, plus de d’accroche à Vénissieux et plus de décroche à Lyon-Perrache

L’autre rame pour St-André-le-Gaz est amené plus tôt.

Pour cela, il faut pouvoir disposer de suffisamment de rames Regio 2N, ce qui n’est pas toujours le cas actuellement.

C’est ce qui va être fait ce jeudi 08 mars.

 

 

5 commentaires pour “Bilan et analyse du 17h10 départ Perrache/ 17h15 Oullins”

  1. olivedelaric

    Bonjour,

    Un élément de réflexion : en janvier, la situation était déjà tendue sur le parc des Regio 2N. Comment procédait-on ? Ne pourrait-on pas s’inspirer de ce qui se faisait? Le montage que vous exposez plus haut me paraît vraiment trop aléatoire. C’est peut-être un résultat de la mise en robustesse, on a encore moins de rames qu’avant car la robustesse est consommatrice de rames par nature.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonsoir,

      Le montage réalisé avec les deux rames qui montent à vide ensemble est le montage officiel.
      Il est mis en œuvre depuis le nouveau service qui a débuté en décembre 2018.
      Nous avions passé une situation tendue en janvier mais ces 15 derniers jours nous avons à nouveau connu une période de tension.
      Le fait d’avoir une disponibilité de rames permet de faire sortir de Vénissieux les 2 rames à l’heure, avec moins de rames il est nécessaire d’attendre la fin de l’intervention prévue sur les rames en visite ce qui peut occasionner du retard dans la restitution.

      Vous avez tout à fait raison, la mise en robustesse est consommatrice de rames et de conducteurs.

  2. La suppression des TER omnibus entre Givors et Perrache qui se discute pour être appliquée avec la prochaine grille horaire ne va rien améliorer !!!!

    • olivedelaric

      Bonjour,
      Non, rien. Elle va même dégrader les choses, puisqu’il y aura probablement autant de monde à répartir dans moins de trains. Moi, je me demande s’ils font ça sur d’autres péri-urbains car j’ai l’impression qu’on est les seuls. Alors je me demande pourquoi. Pourquoi plus de contrôleurs sur St-Etienne/Montbrison, mais toujours des contrôleurs sur St-Etienne/Bas, alors que ce sont des trains courts, bref, il faudrait pouvoir parler de beaucoup de choses.
      Dans l’optique de cette suppression si elle se confirme, je suggère de passer le temps d’arrêt dans certaines haltes très chargées à 2 minutes, le temps de pouvoir embarquer/débarquer tout le monde (Oullins, Givors).

  3. Marc L

    Bonjour,

    Je m’y attendais… Ce sera même plus rapide que je pensais ! Savez-vous à partir de quand ces trains seront définitivement supprimés ? Au prochain service annuel (décembre 2018) ou au prochain changement horaire dès juillet 2018 (donc sans être rétablis à la rentrée après le dégraissage estival) ?

    Les trains Firminy-Perrache de pointe seront donc surchargés, lents, inciteront à passer par Part Dieu ou prendre la voiture. Vive la pollution, les accidents, les embouteillages – comme si Lyon manquait de circulation et d’engorgements routiers ! – et accélérons la régression du ferroviaire avant même l’application de la réforme qui nous attend dans les prochaines années…

    Personnellement en tant qu’usager quotidien et passionné, je suis prêt à me mobiliser pour sauver le rail, en tout cas pour éviter qu’il tourne à la catastrophe annoncée. Que pouvons-nous faire de concret, tout en restant dans la légalité, à part signer des pétitions ? Vu que les comités de ligne ont eux-même disparu. Vos idées sont les bienvenues.

    Bon week-end malgré tout.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles