Les tags sur nos trains TER

Frédéric Satre

Frédéric Satre

icon-email

Les tags, phénomène de société, sont devenus au fil des ans de plus en plus visibles sur notre réseau TER Rhône-Alpes et notamment sur les trains de notre ligne Firminy-St-Etienne-Lyon.

On estime, pour 2015, le montant du préjudice total des tags uniquement sur les trains TER Rhône-Alpes à 5 millions d’euros.

En dehors du préjudice financier, il faut aussi compter la gêne de nos clients, l’impact sur l’image et le sentiment de sécurité à bord.

En 2014, c’est 20 000 m2 de tags sur le matériel TER qui ont été traités, soit l’équivalent de 3 terrains de foot. Au final cela représente l’immobilisation de deux rames sur l’ensemble de l’année.

Lors de la dernière enquête de satisfaction, 1 client sur 2 des clients a déclaré avoir remarqué des tags sur son train et 63 % de ces clients se sont dit gênés par leur présence.

Depuis janvier 2015, une cellule anti-tags, experte sur le sujet, a été créée pour tenter d’endiguer ce fléau.

En prévention, les mesures prises sont les suivantes :
Fermeture et sécurisation des sites de garage des rames, mise en place de vigiles et surveillance des sites sensibles par la Police ferroviaire.

En curatif, le nettoyage est réalisé le plus rapidement possible pour limiter la gêne aux clients tout en limitant les impacts sur le nombre de rames disponibles.

Les interpellations des personnes auteurs de ces faits occasionnent des poursuites juridiques.

Je souhaite que dans les mois qui viennent vous aurez de moins en mois l’occasion de voir des tags sur nos trains.

 

4 commentaires pour “Les tags sur nos trains TER”

  1. Peycelon

    Comment peut on parler d’ETOILE ferroviaire à SAINT-ETIENNE alors qu’il lui manque la branche principale vers le sud ANNONAY/VALENCE ???
    Le débat n’est pas nouveau. Il date de l’épopée industrielle Stéphanoise sous Napoléon III au milieu du XIXè. Lyon s’y est toujours opposé. On voit le résultat. Mais la fatalité est un manque de courage. Il faut se mobiliser. L’arrivée de Laurent Wauquiez à la Présidence de la région en sera la prochaine opportunité.
    Le désenclavement définitif Ligérien ne passe plus par LYON mais par un TUNNEL SOUS LE PILAT, qui au passage soulagerait Part Dieu qui n’en peut plus. Vaste sujet.

    • Frédéric Satre Frédéric Satre

      Bonjour,
      Cette branche sur Valence depuis St-Etienne existe de façon modeste mais réelle avec les deux allers-retours autocars du réseau étudiants les vendredi et dimanche. Le parcours ferroviaire le plus simple serait de passer par les voies existantes, c’est à dire Givors-Ville puis Chasse-sur-Rhône afin de rattraper la rive-gauche du Rhône en direction de Vienne et Valence. Cette desserte « Voyageurs » n’existe pas actuellement de par un trafic estimé pas assez important.

  2. Peycelon

    Une ligne Saint-Etienne / Valence – méditérannée par les voies existantes serait incontestablement une avancée.
    – Le sujet est il en débat ?
    – Une analyse de potentiel commercial peut elle être suggérée à la SNCF ?
    – Est il logique qu’un bassin de 2 millions d’habitants ( Loire / Auvergne ) s’agglutine à Lyon pour rejoindre le sud est ?
    Certes ce n’est ni la solution au soulagement de Part Dieu ni au désenclavement du massif central, mais assurément, ce serait un pas dans le bon sens.

  3. Peycelon

    Le soulagement de Part Dieu ne passe t’il pas par le contournement du trafic de transit ? ( à l’ouest le trafic diagonal Ouest / Sud Est ).
    A défaut, le projet de doublement de Part Dieu ne sera pas décisif.
    Le rail et la route bouchonnent à Lyon au même motif du mélange des trafics intra urbain et de transit.
    Enfin, le pôle métropolitain Lyon / St Etienne n’est il pas construit sur la complémentarité ?
    Qu’en pensez vous ? Merci,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles