Retour sur l’incident entre St-Etienne et Rive de Gier du jeudi 02 Mai

Un incident a entrainé une interruption des circulations entre St-Etienne et Rive de Gier toute la journée d'hier. J'étais présente sur le terrain, je reviens sur cet événement, qui a bien entendu eu un impact sur vos trajets.

Carine Borth

Carine Borth

icon-email

Que s’est-il passé ?

07h30, jeudi 3 mai : à la sortie de la gare de Saint Etienne Châteaucreux, des riverains signalent des fumées, voire des flammes à hauteur de la caténaire et sur le toit  du train. Nous ne connaissons pas à ce jour la cause exacte de ce début d’incendie qui pourrait provenir de différentes sources : problème sur le pantographe, sur la caténaire, amorçage avec un éléments extérieur, contact avec un objet métallique…

La coupure d’électricité a été demandée d’urgence afin que les pompiers puissent intervenir. Cette coupure d’électricité couvre un secteur entre Saint Etienne et Rive de Gier. Trois trains ont donc été arrêtés en pleine voie.

Je  tiens à vous assurer que ce début d’incendie a tout de suite été maitrisé et la sécurité des clients n’a pas été engagée.

Dès 7h45, des autocars sont commandés, les agents des gares mais ceux présents dans les trains organisent le transbordement des différents trains arrêtés en pleine voie (le transbordement, ça signifie faire passer les voyageurs du train arrêté vers les cars). Plus de 500 personnes ont été prises en charge par les agents et accompagnés vers les autocars.

Pour ceux qui étaient présents dans ces trains, je vous invite à prendre la parole ici pour me dire comment vous avez vécu cette prise en charge. 

Les secours de ces trains avec des machines diesel sont ensuite réalisés pour dégager les voies.

Pourquoi la circulation n’a t-elle pas pu reprendre avant?

J’entends dans certains commentaires une interrogation sur l’absence de rapidité de reprise des circulations : les conditions permettant la reprise des circulations sont les suivantes :

  • Il faut savoir que les pompiers étaient présents sur site jusqu’en fin de matinée et opéraient une surveillance du matériel endommagé, car ils craignaient un nouveau départ de feu. Or, pendant toute la durée de leur présence sur le terrain, afin de les protéger du risque de heurt avec un train, ces derniers ne peuvent pas circuler même à vitesse réduite vers la zone d’intervention.
  • La rame doit être évacuée pour permettre la réparation de la caténaire, or pour évacuer du matériel endommagé, il nous faut trouver un engin pour aller chercher le matériel endommagé, avec un conducteur et du personnel qualifié de la maintenance, ce qui prend du temps à organiser dès qu’on s’éloigne des centres de maintenance tel que lyon.
  • La réparation de la caténaire demande 08h d’intervention .

Quels moyens ont été mis en place ?

  • Dès 8h35 des navettes en train entre Givors et Lyon Perrache ont circulé.
  • A partir de 10h54, des trains circulent entre Rive de Gier et Lyon part Dieu.
  • Des autocars commandés de façon inopinée assurent des navettes pour finir d’acheminer les voyageurs entre  Saint Etienne et St Chamond

Toute la journée, nous étions présents en gare, pour aider les gens à passer des trains aux cars, les répartir dans ces cars. Et inversement, placer ceux qui arrivent en cars dans les trains, les orienter, les informés, et ce jusque tard dans la soirée.

Ces opérations se sont bien passées et je trouve qu’elles ont été bien gérées. Cela n’enlève rien au fait que cette situation vous a été préjudiciable, bien entendu. D’après les premiers retours que j’ai pu avoir, c’est visiblement l’information qui vous a manquée.

Reprise de la circulation ce vendredi 3 Mai

Comme vous avez pu le constater ce matin, la circulation n’a pas repris tout à fait normalement : les 3 premiers trains ont été supprimés et les suivants accumulaient des retards allant de 5 à 15 min.

Un train utilisé pour les travaux est resté bloqué sur les voies empêchant la sortie du matériel des chantiers de stationnement. Certaines rames n’étaient pas sur Saint Etienne comme prévu dans leurs roulements car elles n’avaient pas pu être acheminées la veille.

C’est pour cela qu’hier au soir nous annoncions la réparation des caténaires avec un retour des circulations ferroviaires dés le lendemain matin mais sans pour autant s’engager sur un service totalement normal.

Petit point sur l’info : hier, dans l’après-midi, j’ai publié un article sur le blog pour vous donner toutes les informations que j’avais en ma possession, mais étant sur le terrain, de fait, je n’ai pas pu répondre à vos commentaires. Je le rappelle : l’information en temps réel est faite sur Twitter, sur le site TER, mais également sur l’application.

Le blog n’a pas vocation à donner de l’information en temps réel. Pendant la durée de l’incident j’étais en gare de Rive de Gier (et il en était de même mardi à St-Etienne) .Pourquoi cette priorisation ? :

  • afin de donner des informations sur place pour tous les clients qui subissent ces situations très perturbées,
  •  aider mes collègues chargés de l’information  en temps réel (sur twitter, l’application, écrans en gare et annonces) à adapter le message pour qu’il soit bien compris par tous,
  • enfin et surtout  aider à la prise en charge des clients de la ligne avec le personnel de la gare et son encadrement. Dans ces cas nous ne sommes jamais trop nombreux pour baliser le chemin, rassurer et donner des explications.

D’ailleurs n’hésitez pas à m’aborder si vous me croisez !

Ceci étant dit, je suis preneuse de vos retours, en particulier sur la prise en charge et sur l’information : qu’est-ce qui vous a manqué ? Si vous avez eu des infos : est-ce qu’elles vous ont aidés ?

7 commentaires pour “Retour sur l’incident entre St-Etienne et Rive de Gier du jeudi 02 Mai”

  1. Christine MAUPAS

    Bonjour Carine,
    J’ai eu la chance de passer hier matin au travers de l’arrêt des trains grâce au 7h11 au départ de Châteaucreux.
    Pour ce qui est du retour, cela s’est relzqqqqq0qqqqqqqqqativement bien passé malgré le manque d’information en gare de Perrache vers 17h15. En effet, le service d’information était exceptionnellement fermé et le lieu de vente envahi par bon nombre de voyageurs.
    Je me suis donc résolue à interpeler un chef de gare qui avait, heureusement, toutes les informations dont j’avais besoin puisqu’il allait faire partir le 17h31 pour Givors.
    En gare de Givors, une « armada » de personnel nous a rassurés en nous indiquant le train à prendre pour Rive-de-Gier qui, de surcroît, nous attendait.
    Enfin, en gare de Rive-de-Gier, nous avons été orientés très clairement vers les autocars allant à Saint-Étienne avec ou sans arrêt pour Saint-Chamond.
    Le trajet s’est donc passé sans trop d’encombre.

    Je regrette simplement le manque d’information sonore à Perrache d’autant plus que le chef de gare qui m’a renseignée m’a informée qu’à plus ou moins court terme, il n’y aurait plus de personnel en gare pour renseigner les voyageurs.
    Dans notre société qui est de plus en plus dématérialisée, il faudra tout de même veiller à conserver un minimum de contact humain.

    Dans tous les cas, je vous remercie pour votre réactivité par rapport à la journée d’hier.

    Cordialement.

    • Marc L

      Bonsoir,

      Je suis d’accord avec vous sur tout les plans. Merci à Carine d’avoir été sur place pour orienter et rassurer les usagers pendant la journée noire de jeudi, on comprend aisément que vous ne pouviez à la fois être « au four et au moulin », sur le blog et en gare en même temps. Les articles que vous avez faits ensuite étaient très complets.

      S’agissant de l’éviction des présences humaines, tout est sacrifié sur l’autel de la rentabilité, comme je le disais dans un précédent commentaire, ainsi qu’au nom de la dématérialisation comme vous le remarquez Mme Maupas. Tout le monde est censé non seulement maîtriser parfaitement Internet, mais avoir le smartphone dernier cri pour recevoir infos et billets virtuels (appareil encore à prix d’or sans parler de l’abonnement), on ouvre encore et toujours plus la fracture numérique un temps évoquée par certains. Les personnes qui, comme moi, résistent encore à ce gadget portable qu’on est censé avoir sur soi à toute heure du jour et de la nuit pour avoir le droit d’être un citoyen (j’ai un ordi à la maison, cela me suffit), ou celles notamment d’un certain âge qui ne maîtrisent pas ces technologies de pointe ou tout simplement celles qui ne VEULENT PAS n’avoir affaire qu’à des machines et des applications (on a encore le droit ? Aucune loi n’impose de posséder un smarttruc), sont laissées sur le bord… de la voie. L’abandon du service en faveur de la technologie dans le seul but de faire des économies et du profit en haut lieu, le mépris de plus en plus généralisé pour les personnes citées plus haut qui résistent ou tout simplement n’ont pas les moyens d’avoir ces engins ultraperfectionnés ou qui, par principe, préfèrent avoir un contact humain (le mot se perd) font de l’époque actuelle une ère aussi difficile que minable où l’argent est seul roi. Je passerai certainement pour un ringard aigri mais j’assume entièrement.

      La gare de Perrache justement. Avant on avait des guichets ouverts de 7H du matin à 20 ou 21H 7 jours sur 7… maintenant on a un « espace de vente » de plus en plus réduit ouvert seulement à 10H du matin jusqu’à 18H du lundi au vendredi. Bientôt plus personne, comme vous le signalez. Une grande gare au coeur de la 3ème ville française est appelée à devenir à son tour un désert humain.

      Tant qu’on a encore des humains dans les gares et les trains, de plus en plus rares mais encore existants, adressons-nous à eux, d’autant plus qu’ils s’impliquent au maximum avec les moyens (réduits) qu’on leur donne pour nous satisfaire et nous aider au quotidien. Bravo et merci à eux.

    • Carine Borth Carine Borth

      Bonjour Marc,
      Je partage complètement votre point de vue et reste persuadée que le contact humain est essentiel et ne pourra être complètement remplacé par cette nouvelle technologie.
      Je ne manquerais pas de transmettre ce message à nos services chargé « du service au client et marketting » car ce ressenti est partagé par d’autres.
      je vous remercie sincèrement pour votre message que je partagerais avec les équipes présentes sur le terrain ce jeudi et qui ont fait de leur mieux pour informer, orienter et prendre en charge les voyageurs.

    • Carine Borth Carine Borth

      Bonjour Christine,

      Je vous remercie pour votre message et le partage sur votre ressenti.
      Il est vrai que nos équipes déployées en cas de situations perturbées étaient plutôt présentes dans les gares du Gier pour la prise en charge des voyageurs et des autocars.
      Je reviendrais vers mes collègues de Perrache concernant le manque d’annonces.
      Je vous souhaite une bonne journée.

  2. philip

    bonjour,
    J’étais dans le train, dans la première rame.
    L’information à été dispensée aux voyageurs dans le train de façon très correcte.
    Ce qui m’ a étonné c’est que ce soit les pompiers qui aient fait descendre les voyageurs et qu’il n’y ait pas, embarqué dans le train, un escalier de secours pour descendre sur les voies parce que la marche est très haute. Les pompiers ont du aider, de façon très efficace, chaque personne à descendre du train.
    heureusement que l’incident se soit produit à proximité de la gare car sinon le conducteur aurait été bien seul pour gérer un grand nombre de passager.

    • Carine Borth Carine Borth

      Merci Philippe pour ce retour.
      En effet la 1ère rame a du être évacuée en urgence. Les pompiers sont intervenus très rapidement et ont pris en charge les voyageurs. Dans ces cas un dirigeant d’astreinte est désigné responsable de l’opération, son rôle étant d’évacuer ou de transborder les voyageurs en toute sécurité. Dans un cas normal, une procédure permettant de s’assurer que les circulations ont été interrompues et que l’on ne risque pas un suraccident est appliquée. Jeudi on était dans un cas d’urgence étant donné les odeurs et les fumées qui s’échappaient de la rame. Cette situation a du être assez traumatisante et en effet nous avons eu « la chance » d’être à proximité de la gare et nos équipes ainsi que les pompiers ont pu intervenir rapidement.
      Merci d’avoir partagé ce vécu.

  3. Philip

    Bonjour,
    Pourquoi est ce que ce sont les pompiers qui ont évacué le train? (20 minutes d’attente environ)

    N’existe t’il pas d’escalier dans les trains pour descendre sur les voies ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles