Retour sur l’incident ou plutôt l’incendie de ce vendredi 05 Avril 2019

Ce vendredi 05 Avril 2019, vers 16h30, une camionnette prend feu sur le parking de Saint Chamond : conséquences arrêt des circulations et perturbations pour la fin d'après midi. Je vous propose un petit retour sur les mesures prises....

Carine Borth

Carine Borth

icon-email

Il est 16h35 lorsque mes collègues présents en gare de Saint Chamond aperçoivent une fumée noire épaisse du parking. Une camionnette est en feu sur le parking et non sur les voies certes, mais tout de même à proximité des caténaires.*

*Fil de courant dans lequel circule  l’électricité et notamment 1500V.

La coupure d’urgence est demandée car il existe un risque électrique du fait que les flammes pourraient atteindre la caténaire.

Cette coupure permet de priver de tension la caténaire sur un secteur donné. Elle est effectuée par une personne que l’on nomme Régulateur Sous Station : personne responsable de l’exploitation des caténaires.

L’absence d’électricité entraine forcément l’arrêt des trains en ligne sur ce secteur.

Cependant, les pompiers pour intervenir doivent avoir en leur possession une attestation de mise hors tension de manière à avoir l’assurance que cette partie de caténaire n’est et ne sera plus alimentée.

Cette attestation est délivrée à la suite d’une procédure de sécurité formalisée par écrit consistant à priver d’alimentation la caténaire mais également à la protéger  en interdisant l’accés aux  circulations électriques sur ce secteur.

Un train est donc retenu à Saint Chamond et 2 à Rive de Gier. Un TGV est arrêté en pleine voie et fera retour en gare de Saint Etienne Chateaucreux.

Le feu est maitrisé par les pompiers vers 17H45.La caténaire doit ensuite être contrôlée par les agents caténaires.

La réalimentation des caténaires est autorisée à 18h00 par les pompiers.

Les circulations peuvent repartir. Hormis les trains arrêtés en gare de Saint Chamond et Rive de Gier, les 1ers à circuler seront  :

886738 : 17h54 au départ de Lyon Part Dieu avec 20 minutes de retard

886851 : 18h20 au départ de Saint Etienne avec 21 minutes de retard.

Nous étions présents dans les gares pour vous informer au mieux sur l’évolution de la situation.

 

Je profite de ce post pour vous rappeler les travaux qui débutent ce lundi 08 Avril 2019

http://maligne-ter.com/lignes-de-st-etienne/des-travaux-sur-la-ligne-saint-etienne-lyon-a-partir-du-08-avril-2019/

Comme l’avait très justement fait remarquer l’un d’entre vous, les horaires des TGV au départ et à l’arrivée de Saint Etienne Chateaucreux seront également modifiés :

Au départ :

6691  :  06h12   _    6693 : 06h41   _   6695 : 12h11   _   6697 : 16h41

A l’arrivée :

6680 : 10h50   _  6684 : 15h49  _  6686 : 19h50  _  6688 : 21h50

Je reste bien sûr à votre écoute pour toutes informations concernant ces travaux.

 

 

13 commentaires pour “Retour sur l’incident ou plutôt l’incendie de ce vendredi 05 Avril 2019”

  1. TER69

    Pour l’incident de ce matin vers Part-Dieu, communication zéro que ce soit en gare, dans le train ou sur le fil Twitter. Comme d’habitude …

    On arrive à Perrache au lieu de Part-Dieu avec plus de 30 minutes de retard et une fois sur place zéro info avant une annonce au bout de 10 minutes disant que le terminus était exceptionnellement Perrache.

    Merci la SNCF pour l’heure de retard en arrivant au bureau!

    • Xav

      J’étais dans le 7h20 ce matin, et outre le retard de 25-30min, je remarque 2 choses:
      – La redirection vers Perrache n’incluait pas un arrêt à jean-macé, d’autant plus agaçant qu’on a longé le bon quai au pas après avoir stationné 5-10 minutes 300 mètres avant la gare. Tant qu’à flinguer un sillon… Bon, passons, ce coup là, on est habitués.

      – La vraie nouveauté, c’est qu’une fois à quai, à Perrache les portes ne se sont pas ouvertes et le conducteur annonçait que ça ne s’ouvrirait pas et qu’il allait repartir à Part-Dieu (seul vrai terminus acceptable, visiblement). Avant de se raviser 2 minutes plus tard et nous laisser sortir.
      Donc, pendant quelques minutes, une ou plusieurs personnes à la SNCF ont trouvé souhaitable que des voyageurs déjà en retard de 30 minutes, soient bloqués dans leur train à Lyon-Perrache en attendant peut-être de repartir en sens inverse vers part-dieu. Avant qu’un adulte y mette bon ordre je suppose.

      Vous devriez retrouver ces personnes, à ce stade, c’est un appel à l’aide, ils sont en burnout et doivent recevoir du soutien dès aujourd’hui.

      Notons également que sur 30 minutes de retard, on en a presque passé la moitié dans Lyon intra-muros. ça pose question.

    • TER69

      Je me suis effectivement fait la remarque pour Jean Macé.

      Quand à la gestion désastreuse une fois à Perrache, j’ai voulu demander à un agent qui était sur le quai et qui envahit a priori strictement rien à f***** !

    • Carine Borth Carine Borth

      Bonsoir Messieurs,

      Dans une situation telle que hier matin, le conducteur a été avisé au dernier moment du détournement du train et l’arrêt à Jean Macé n’a pu être donné car c’est une procédure écrite que doit réaliser le conducteur uniquement à l’arrêt (procédure sécurité).
      Pour ce qui est de la prise en charge à Lyon Perrache, je ferais remonter vos remarques.
      L’itinéraire entre Lyon Perrache et Lyon Part Dieu étant possible, il était demandé aux conducteurs de changer d’extrémité pour repartir sur Part Dieu.
      Le blocage des portes aurait permis un départ immédiat après les essais du conducteur sans devoir réaliser toutes les vérifications notamment concernant la montée et la descente des voyageurs.
      Mon collègue Frédéric SATRE a réalisé un article à ce sujet sur le blog « vallée du Rhône ».

  2. Olivedelaric

    Bonjour,

    Maintenant que la température est redescendue, je voudrais dire ceci :
    1. Les procédures sont là pour sécuriser les opérations, pas pour les empêcher. Certes, le conducteur voulait repartir, mais si on est stationné sur un quai à Perrache, ce que veulent les gens, c’est aller à leur travail, donc si aller à Part-Dieu, c’est-à-dire encore 10 minutes, était le souhait de certains pour des correspondances, pourquoi pas mais il est évident que dans un cas comme ça, il faut ouvrir les portes et laisser partir les gens.
    2. On ne sait pas à quel entité l’agent SNCF présent sur le quai appartient. Avec le saucissonnage actuel de la SNCF, on arrive effectivement où l’agent de la gare n’en a plus grand-chose à faire de ce qui s’est passé avant. On ne lui demande plus du tout d’avoir un regard panoramique sur ce qui se passe, on lui demande d’exécuter sa mission, c’est tout. S’il se trouve qu’il a le temps et qu’il est curieux, il peut faire autrement, mais c’est tout ce qu’on peut dire.
    3. Idem pour l’arrêt exceptionnel à Jean Macé. Il faut arriver à faire en sorte que, lorsqu’un train est détourné, l’arrêt soit réalisé. Cela dit, il faut être sur des voies à quai. Or à Jean-Macé, il me semble que certaines voies de passage n’ont pas de quai. Les procédures sont lourdes, c’est vrai. Mais si on n’ouvre pas les portes alors qu’on est passé à Jean Macé et qu’on était sur des voies à quai, on a sans nul doute loupé quelque chose.
    Conclusion : il ne faut pas perdre de vue que les gens étaient arrivés à Lyon.

  3. Philip

    Bonjour,
    Personnellement descendre à Jean Macé m’aurait bien arrangé vu la proximité du tram, et je pense que je n’étais pas le seul dans ce cas.
    Je ne comprends pas pourquoi une descente était impossible dans cette gare.
    Si c’est à cause d’une procédure il faut la revoir parce qu’il est insupportable de rester de longues minutes en face d’une sortie donnant accès au tram et au métro, de ne pas pouvoir descendre du train et de repartir.
    Je rajoute encore une fois que la présence d’un contrôleur aurait peut être facilité la gestion de l’incIdent.

    • Carine Borth Carine Borth

      Bonjour Messieurs,

      L’ensemble des éléments que vous citez seront remontés pour alimenter le Retour d’Expèrience. Notre entreprise reste complexe et notamment notre système de sécurité dont l’arrêt prescrit qui est un des composants. Il est vrai que la séparation des activités de notre entreprise n’a pas favorisé notre réactivité face aux incidents et complexifie le circuit de l’information. L’agent présent à Perrache n’avait peut être simplement pas les éléments d’information à donner aux voyageurs car dans ces situations on déplore le circuit d’informations. Mes collègues du Centre Opérationnel de Proximité travaille en étroite collaboration avec le centre Opérationnel de la Gestion des Circulations pour améliorer la prise en charge lors de ces incidents.
      Je ferais un article sur nos circuit d’information et ces 2 entités décisionnaires en cas d’incident.

  4. Luca

    Bonjour,

    Il faudrait demander à SEM de virer l’épave… Elle traine depuis plusieurs jours ça fait sale.

    Cordialement,

  5. philip

    Bonjour,
    Je ne comprends pas ce qu’il y a de plus compliqué à autoriser des passagers à descendre à Jean Macé avant Perrache pour un train qui devait aller initialement à Part Dieu !
    Le train de 7h11, qui avant les travaux allait à Part Dieu, s’arrête bien à Jean Macé en venant de Saint Étienne puis à Perrache. On ne vous demande pas des choses compliquées ni de réinventer l’eau chaude mais de ne pas compliquer pour rien la vie des voyageurs.

    • Carine Borth Carine Borth

      Bonjour,
      Le train de 07h11 a un sillon avec un arrêt à Jean Macé prévu donc tracé. Comme je vous l’explique précédemment, ajouter un arrêt non prévu à un train est une procédure de sécurité écrite soumise à autorisation. Ce n’est donc pas si simple de modifier les points d’arrêts. En cas d’incident, l’arrêt Jean Macé devrait être intégré dans les itinéraires de détournement.
      Bonne soirée.

  6. Philip

    Peut être que modifier la procédure pour moins embêter les clients, est envisageable !
    Philip

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles