descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Tende – Nice – Vintimille

plan de la ligne Tende – Nice – Vintimille

vendredi 13 novembre 2015, 12:11

A savoir COP 21

par Laurence Moretti-Delamour

À l’occasion du sommet sur le climat à Paris, la France rétablit ses contrôles frontaliers pendant un mois, dès aujourd’hui, à 13 heures. Pièces d’identité de rigueur sur les routes, dans les gares et dans les aéroports.  images

 

 

Les frontières vont-elles être fermées?

En pratique, les frontières restent ouvertes, mais les franchir implique de se soumettre à un contrôle:

 Cette mesure a été demandée très officiellement par la France à nos partenaires européens il y a quatre semaines. Elle se fonde sur l’article 23 du code frontière du code Schengen, précise François-Xavier Lauch, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes.

Cette disposition permet à un État membre de l’espace Schengen de réintroduire les contrôles à ses frontières intérieures, « en cas de menace grave pour l’ordre public et la sécurité intérieure ». Cette mesure «exceptionnelle » peut durer trente jours maximum, période renouvelable si nécessaire.

 

En quoi sont menacés la sécurité et l’ordre public ?

Les violents heurts qui avaient émaillé le sommet de Nice en 2000, la mort d’un manifestant anti-G8 à Gênes en 2001, les exactions des « black-blocks » lors du sommet de l’OTAN à Strasbourg en 2009… Ces tristes précédents incitent les autorités à la prudence, bien en amont de la COP 21 (30 novembre – 11 décembre).

C’est une conférence internationale majeure, réunissant à Paris 160 pays et 80 chefs d’État. La moitié des chefs d’État de la planète se déplacent avec leurs délégations ! insiste François-Xavier Lauch.

On peut donc craindre diverses contestations : environnementaliste, terroriste… » Et de relativiser le recours à un tel dispositif :

Ce n’est pas extraordinaire en soi. D’autres pays hôtes de la COP l’ont fait : le Danemark en 2009, la Pologne en 2013…

 

Où vont être réalisés les contrôles ?

Les aéroports de Nice Côte d’Azur et Cannes-Mandelieu. les gares de Menton-Garavan et Breil-sur-Roya (premières haltes lors de l’entrée en  France), et de nombreux sites routiers : le péage de La Turbie et les sorties Menton et Roquebrune sur l’A8, les postes-frontières Saint-Louis et Saint-Ludovic à Menton, et les trois points d’accès transfrontaliers de la vallée de la Roya.

 

En quoi consistent-ils ?

Pour les Français et les autres Européens, fournir une pièce d’identité suffit. Les personnes étrangères à l’espace Schengen doivent, elles, présenter un titre les autorisant à y circuler. Les forces de l’ordre peuvent, en outre, procéder à des vérifications approfondies (documents de voyage, visas…), ainsi qu’à la fouille des coffres des véhicules et des sacs, sur réquisition du procureur. S’ils ne sont pas en règle, les visiteurs essuient un refus d’admission et sont invités à faire demi-tour. Dans ce cas, ils peuvent encore introduire un recours auprès du tribunal administratif.

 

Les contrôles d’identité, c’est pour tout le monde ?

Il va de soi que l’on ne pourra pas contrôler tout le monde, reconnaît François-Xavier Lauch. Le but n’est pas de réduire la libre circulation des personnes sur le territoire de Schengen. On se donne la latitude d’intensifier les contrôles à certains moments, notamment au début de la COP, et en fonction des renseignements qui nous parviendront.

 

Des files d’attente sont-elles à craindre ?

Comme en 2011 lors du G20 à Cannes, des milliers d’automobilistes peuvent s’attendre à un arrêt-longues minutes sur la route de la Côte d’Azur. Mais c’est en gare que l’attente pourrait être plus importante, en cas de contrôle général d’un train. Ou à l’aéroport Nice Côte d’Azur, où les identités pourront être contrôlées à l’arrivée de vols internes à l’Europe.

On agira avec tact et mesure afin qu’il n’y ait pas de désagrément, rassure François-Xavier Lauch. Des mesures d’information préalable sont dispensées aux personnes souhaitant se rendre en France durant cette période, y compris par les compagnies aériennes. La règle est bien d’avoir une pièce d’identité. Et notre but, de trouver un équilibre entre des considérations de sûreté extrêmement importantes et des facilités de circulation.