descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Tende – Nice – Vintimille

plan de la ligne Tende – Nice – Vintimille

mardi 05 mai 2015, 11:12

A savoir Des « profilers » anti-tags à la SNCF

par Laurence Moretti-Delamour

La plupart des communes azuréennes ont fait de la lutte anti-tags une de leurs priorités. Elles ne sont pas les seules. La SNCF a même recruté des experts, sorte de profiler du tag, pour traquer les auteurs de graffitis parfois bien au-delà du réseau ferroviaire national.TAG+TDM

Les installations SNCF et le matériel roulant ferroviaire sont des supports idéaux pour les tagueurs qui ont pour objectif principal de se faire « reconnaître ». Comme certains sportifs de l’exploit, le tagueur éprouve le besoin de se distinguer, en bravant l’interdit et en mettant la société au défi de l’en empêcher. Il concrétise son exploit en apposant une marque distinctive personnelle ou son appartenance à un groupe (signature ou dessin) sur des supports visibles par le plus grand nombre de personnes.

Des actions coordonnées avec la SUGE facilitent l’identification,voire l’interpellation et la constitution de dossiers au niveau national, qui permettent d’apporter la preuve de la récidive. Cette organisation permet, en particulier, d’imputer à l’encontre des tagueurs poursuivis en justice, toutes les dégradations recensées qu’ils ont signées. Amendes pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros!

Nous avons deux personnels spécialisés, l’un basé à Nice et l’autre basé à Marseille, confie Thierry Dupin, Directeur sûreté de la zone Méditerranée. Ces agents sont très pointus sur les techniques et les matériels utilisés par les tagueurs.  Ils sont capables de faire des rapprochements entre des tags réalisés à Nice, Marseille, Paris et même en Espagne ou en Italie. Il existe des tagueurs professionnels, très mobiles!

le plus beau TAG

Le coût annuel d’enlèvement des tags et graffiti est très important et cela nécessite l’utilisation de produit chimique dangereux pour les personnes qui les utilisent et pour l’environnement.

Voilà pourquoi la SNCF a formé des experts pour les suivre à la trace. L’enjeu est surtout financier mais ces actes d’incivilités ont aussi une « incidence sur la production ».