descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Orléans-Tours

plan de la ligne Orléans-Tours

lundi 14 novembre 2011, 17:53

Les coulisses ESPACEMENT DES TRAINS

par Jocelyne Nadaud

Mardi 8 novembre, le 860235 (départ 17h35) d’Orléans a subi un problème technique et n’a pu repartir à l’heure de Beaugency. Le train est resté environ 15’ à quai le temps que le conducteur applique son guide de dépannage.

Les voyageurs qui se tenaient près des portes ou qui étaient sur les quais ont eu la surprise de voir arriver un train de Fret qui s’est arrêté juste derrière leur train.

Quelques-uns, inquiets, ont demandé à un de nos managers présent sur le quai s’il n’y avait aucun risque.

Pour vous rassurer, je vais vous expliquer comment s’effectue l’espacement des trains sur votre ligne.

L’espacement des trains :

En langage cheminot, cela s’appelle le cantonnement, c’est un système d’espacement des trains de même sens, destiné à éviter les rattrapages et consistant à fractionner la ligne en plusieurs cantons dont l’entrée est protégée par un signal d’arrêt.

Un peu d’histoire :
ST831752.JPG

Au début du chemin de fer, les trains circulaient à faible allure sans signalisation, c’est ce qu’on appelle « la marche à vue ». Dès 1850, est apparue la nécessité de réguler les circulations car leur nombre augmentait et les vitesses étaient déjà importantes, de l’ordre de 50 à 60 km/h.

Il devint donc indispensable de prévenir le convoi suffisamment tôt de la présence d’un obstacle à sa marche. On a donc posté des agents le long des voies (cantonniers) pour prévenir les trains d’un ralentissement ou d’un arrêt. D’abord en vue les uns des autres, ils ont été ensuite espacés à mesure que les moyens de communication se sont améliorés (télégraphe…).

Le principe :

La voie est divisée en portions, appelées sections de block ou cantons, dans chacune d’elles n’est, en principe, admis qu’un convoi. Chacune est protégée par un signal placé à son entrée.

Votre ligne Tours/Orléans/Paris est exploitée avec le système BAL (Block Automatique Lumineux).

Matérialisation :

Le canton débute par un signal de cantonnement, le sémaphore (matérialisé par un feu rouge fixe) qui est fermé lorsque le canton qu’il protège est occupé. Quand un signal est fermé, le signal précédent présente un avertissement (feu jaune) pour prévenir le conducteur qui doit commencer à ralentir.

Franchissement :

Lorsqu’il rencontre un sémaphore fermé (un seul feu rouge) le conducteur marque l’arrêt, puis, si rien ne s’y oppose, s’avance en marche à vue en réglant sa vitesse de façon à pouvoir s’arrêter avant un obstacle ou un autre train.

Voilà pourquoi mardi dernier, un train de Fret s’est approché d’un train de voyageurs…