Vous avez rencontré Marie et Jérôme, agents de conduite

Marie et Jérôme, agents de conduite, vous ont fait découvrir les coulisses de leur métier.

Ludivine Mantin

Ludivine Mantin

icon-email

Je vous propose de retracer les échanges de cette journée pour vous permettre à vous aussi d’en apprendre un peu plus sur le métier d’agent de conduite.

Cette journée était organisée dans le cadre des « groupes miroirs ». Ce sont des groupes de clients volontaires et souhaitant découvrir les coulisses et fonctionnements de notre entreprise.

9 volontaires ont visité le dépôt des conducteurs aux Aubrais. Après une présentation du métier par les conducteurs et formateurs, nous avons pu faire vivre aux clients un « vis ma vie » retraçant la prise de service, la montée en cabine de conduite, les simulateurs de conduite.

On pense tous connaître ce métier : l’agent de conduite, c’est celui qui conduit le train…mais pas seulement. Qu’est ce qui entoure ce métier ? Comment y accéder ? Vous avez été curieux d’en savoir plus sur la formation requise pour ce poste.

La formation conducteur

Le recrutement (possible sur Internet) est très exigeant et sélectif. En effet, il comprend une vérification d’aptitude médicale, nous vérifions la psychomotricité, la gestion du stress et la capacité à acquérir beaucoup de connaissances dans des délais courts.

Un niveau bac est requis pour pouvoir postuler. Les candidats partent ensuite en formation pendant 1 an.  La SNCF a sa propre école et d’ailleurs nous formons même des personnes destinées à travailler ailleurs qu’à la SNCF.

La partie théorique se passe en centre de formation. Il en existe un à Tours par exemple. La partie pratique se fait sur le terrain. Les stagiaires sont alors encadrés par un moniteur. L’apprentissage est conséquent et souvent la moitié des candidats ne vont pas au bout de la formation (soit parce qu’ils abandonnent soit parce qu’ils n’ont pas le niveau).

Au bout d’environ 6 mois, ils peuvent valider une licence européenne de conducteur de train valable dans toutes les compagnie ferroviaires européennes. Elle est délivrée par l’EPSF (Entreprise Publique de Sécurité Ferroviaire).

La licence, c’est le permis de conduire du train 😉

Mais cette licence ne leur permet pas de conduire tout de suite. Il faut qu’ils soient habilités à la conduite des trains par l’entreprise SNCF.

Puis durant la deuxième partie de l’année, ils doivent suivre les compléments de formation qui sont propre à la SNCF.

De plus chaque établissement demande à  ses conducteurs des spécificités en terme de matériels et d’installations.

Chaque habilitation, obtenue au fil du temps et de l’expérience acquise, sera inscrite sur une attestation complémentaire à la licence de conduite comme sur cette image.

Si le matériel ou la ligne n’ont pas du tout été empruntés par le conducteur depuis un an, il faut qu’il renouvelle son habilitation. La licence peut être contrôlée par l’EPSF comme votre permis lors d’un contrôle de police en voiture. Il faut savoir que c’est un organisme indépendant et extérieur, autorisé à auditer toutes les entreprises ferroviaires.

Pendant 2 ans, ils sont « jeunes conducteurs ». Ne cherchez pas vous ne trouverez pas de « A » à l’arrière du train 🙂

Sur notre secteur, les jeunes conducteurs commencent sur la ligne C du RER. Ils peuvent ensuite être affectés sur la partie TER Orléans – Bourges et Orléans – Tours. Les plus expérimentés pourront ensuite conduire entre Paris et Le Croisic, Poitiers, Nevers ou Limoges.

L’évaluation

Le suivi des conducteurs est continu sur le savoir faire, le savoir être. Ils ont également au minimum deux jours de formation continues par an. Les conducteurs sont réinterrogés sur leurs référentiels et les procédures. Ils passent également des tests sur des simulateurs de conduites.

Nous avons d’ailleurs proposé à notre « groupe miroir » de tester la conduite sur ces simulateurs.

Et nous leur avons mis quelques difficultés sur leur parcours (animal sur la voie, brouillard, neige…). Difficile sans expérience d’arriver à l’heure ! Je crois qu’ils ne nous en ont pas tenu rigueur mais cela a permis de prendre conscience de l’impact de chaque situation sur un trajet. Que chaque ralentissement impacte considérablement le temps de parcours.

Revenons maintenant sur la routine de travail des conducteurs.

La prise de service

Les conducteurs prennent leur service au dépôt des Aubrais. Ils ont un temps dédié sur leur journée pour prendre connaissance des différents éléments sécuritaires (travaux sur la ligne par exemple), à connaître  avant de partir.

Ils doivent aussi se signaler auprès du « gestionnaire des moyens ». C’est celui qui organise le planning des conducteurs, des contrôleurs et qui s’assure que chaque train est « équipé » du personnel nécessaire.

Si les conducteurs ne se présentent pas, c’est à lui de les contacter. S’ils ne répondent pas, le gestionnaire doit donner l’alerte et envoyer les pompiers à leur domicile pour vérifier qu’il vont bien. Il cherche également au plus vite une solution de remplacement.

Marie, conductrice, depuis 16 ans, nous explique comment fonctionne le planning des conducteurs :

Chaque année, le conducteur est affecté à un service appelé « roulement » correspondant à son niveau de compétence. Ses roulements comprennent les journées de service qu’il doit effectuer.

 

Les clients présents découvrent que chaque jour est différent dans le métier d’agent de conduite. D’abord, le temps de travail d’un conducteur est annualisé: certaines journées peuvent être courtes, d’autres plus longues allant jusqu’à 11h d’amplitude.

La contrainte la plus forte est qu’il peut embaucher à n’importe quelle heure de la journée, de nuit comme de jour. Il travaille tout aussi bien la semaine que les week-ends ou les jours fériés. De plus, les « découchés », c’est à dire les repos hors domicile sont fréquents.

Bilan de cette journée

Je tenais à remercier tous les clients présent pour les échanges très riches que nous avons pu avoir.

Marie et Jérôme ont été enchantés de vous faire découvrir leur métier et sont ravis de cette journée.

Vous avez été nombreux à souhaiter participer à cette rencontre, malheureusement nous n’avons pas pu tous vous recevoir.

J’espère que cet article vous aura appris des choses !

Si vous avez des questions sur ce métier, n’hésitez pas à me les poser !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles.