Visite à Masséna : un après-midi avec les conducteurs qui acheminent les rames

Je vous propose de découvrir le métier de ces agents. Et de comprendre plus en détail ce qui provoque les mises à quai tardives : j'ai en effet pu vivre de l'intérieur l'une d'entre elles.

Ludivine Mantin

Ludivine Mantin

icon-email

Je vous en avais parlé il y a quelques semaines, j’ai passé une demi-journée avec les conducteurs qui acheminent les rames et les locomotives entre la gare de Paris Austerlitz et le technicentre de Masséna. Ma visite avait 2 objectifs.

Le premier était de vous faire découvrir le métier de ces conducteurs qui font des allers/retours entre la gare et le technicentre. Un métier de conduite encore différent de celui que je vous avais présenté dans un précédent article.

Mon second objectif était de comprendre et de vous expliquer ce qui peut se passer lorsque vous attendez l’acheminement de vos rames. Car vous êtes nombreux à me parler de votre agacement à entendre le motif « difficulté d’acheminement » dans vos commentaires.

Dans cet article je ne vous parlerai que des conducteurs qui acheminent les rames et non des conducteurs de ligne.

Découverte du métier : rencontre avec Stéphane

Il est 13h30 lorsque je rencontre Stéphane.

Stéphane est en poste depuis 4 ans. La formation de 6 mois qu’il a suivie lui permet de conduire des locomotives et des rames sans voyageurs.

Avec ses collègues ils interviennent de 5h à minuit chaque jour. Ils sont en charge des différentes manœuvres de locomotives et de rames entre la gare et le technicentre de Masséna. Chaque agent est affecté à une loco et à un roulement (planning reprenant les rames à acheminer) pour tout son service. Il utilisera cette même loco pour tirer les rames de ou vers le dépôt dans sa journée et portera le nom du roulement dans tous ses échanges avec ses collègues. Stéphane est sur la journée « Tango ».

En prenant son service ce matin, il a contacté le dirigeant manœuvre. Celui-ci peut à tout moment modifier son programme en fonction des aléas de la journée.

Il m’explique ensuite le fonctionnement des mises à quai :

  1. Le conducteur récupère sa locomotive au dépôt de Masséna
  2. Avec sa locomotive, il part chercher une rame (voitures) au technicentre de Masséna
  3. Il achemine la rame avec sa loco jusqu’au quai de la gare de Paris Austerlitz

Stéphane en est à cette étape lors de mon arrivée. Il a ramené une rame de Masséna vers Paris Austerlitz à 12h15. Le chef de manœuvre présent en gare a détaché la loco de Stéphane de la rame. C’est une autre loco acheminée par un autre conducteur en tête du train qui tirera cette rame pour le départ avec les voyageurs à 14h38.

Comme vous le voyez sur cette photo, il attend le départ du train voyageurs pour aller chercher au dépôt la prochaine rame planifiée sur sa journée.

Il m’explique que c’est un métier solitaire où il y a beaucoup d’attente (en gare ou à Masséna). Stéphane a l’habitude des transports, il a travaillé pour des cars de tourisme et comme taxi parisien auparavant. Il apprécie l’autonomie liée à son poste. Il attend une place pour partir en formation conducteur de ligne (avec des voyageurs). Il est conscient, comme ses collègues, que l’arrivée des nouvelles rames « automoteur » d’ici 2022 met en péril son poste car toutes ces manœuvres ne seront plus nécessaires.

En effet, et certains d’entre vous en ont déjà parlé sur le blog, c’est un sujet sensible et difficile qui peut être une des causes des mouvements sociaux que vous connaissez.

D’ailleurs le jour de ma visite, il y a grève. Ce sont les encadrants qui tiennent certains postes. Leur nombre peut être limite et le moindre aléa difficile à gérer.

Il est 14h38, le train 3945 part devant nous à l’heure. Stéphane contacte via la radio le dirigeant de manœuvre pour savoir si rien n’a changé, s’il doit bien ramener la loco au dépôt. Le départ est acté et les signaux nous sont ouverts pour nous rendre à Masséna.

Radio de manœuvre attribuée à chaque agent

Nous circulons à une vitesse maximum de 30km/h (vitesse réduite à 15km/h à Masséna).

Départ voie 6 !

Situations imprévues et retards : les explications d’Alex

J’ai profité de mon retour à Masséna pour aller rencontrer Alex, le dirigeant de manœuvre. Il a une vue globale sur toutes les manœuvres à effectuer. Il gère en opérationnel les adaptations nécessaires. Il s’occupe également de s’assurer de la sécurité des personnes qui circulent sur les voies pour aller récupérer les rames au dépôt.

Je lui demande ce qui chaque jour peut générer des changements ou retards. Il m’explique qu’une des causes peut être le manque de « tirettes ». Il s’agit des locomotives utilisées pour acheminer les rames voyageurs en gare. Elles sont anciennes et donc plus sujettes à des pannes. Elles peuvent aussi être mobilisées pour partir en ligne si la locomotive prévue pour le train est en panne.

Un autre motif peut être le manque de personnel. Dans ce cas il faut répartir les missions sur les autres journées de travail et cela va forcément bloquer à certains moments de la journée.

Sur la photo ci-dessous : chaque ligne correspond à une journée de service. En rouge, l’agent est absent : Alex doit trouver des solutions. Là, c’était une journée de grève, donc beaucoup de rouge. Il peut y avoir un agent à disposition mais on imagine bien qu’il ne peut pas reprendre toute la charge de travail.

L’envers du décor de la « mise à quai tardive »

Je retrouve Ghislain, autre agent de conduite, il exerce le même métier que Stéphane. je vais l’accompagner de Masséna à Paris Austerlitz. Pour sa part il est sur la journée « Québec ». A priori, tout devait bien se passer, nous avons du temps et pourtant… Ce qui va suivre donne un bon exemple de ce qu’il y a derrière la fameuse « mise à quai tardive » en gare.

Avec Ghislain nous devons amener en gare la rame qui assurera le train 3665 de 17h41.

Il est 15h50 et pas question de traîner. Ghislain doit récupérer sa locomotive qui lui servira à effectuer son service (étape 1). Il doit ensuite aller récupérer la rame au technicentre (étape 2). Nous avons 1h50 devant nous, je me dis qu’on est large.

Nous passons à la commande des conducteurs, Ghislain se connecte pour connaitre le numéro de sa rame.

Les contrôles de Ghislain sur sa loco vont durer 20 minutes. C’est le temps prévu. Cela inclut une vérification du carnet de bord pour voir si rien n’est signalé, un contrôle visuel intérieur et extérieur de la loco, le test des freins par exemple.

Nous sommes avisés par le dirigeant de manœuvre que la rame n’est pas encore prête du côté de la maintenance mais nous pouvons commencer à avancer avec la loco vers le technicentre de façon à être prêts à réceptionner la rame.

Il est 16h35, nous devions acheminer la rame à quai pour 16h45, mais nous attendons. Il est 16h50 lorsque nous avons le feu vert pour nous accrocher à la rame.

L’agent de manœuvre nous attend pour faire l’accroche et réaliser les essais de freins. Cette manipulation est prévue sur 30 minutes maximum. Ghislain profite de ce temps pour commencer son rapport sur les différents éléments et causes de retard rencontrés.

Il est 17h22, nous pouvons partir du technicentre pour acheminer la rame à quai.

Mais nous ne partons pas…car une alarme signalant un problème technique sur la loco s’enclenche. Rien ne laissait présager cela car toutes les vérifications avaient été faites, les raccordement s’étaient bien passés… Ghislain commence à « appliquer le guide ». Il doit trouver d’où vient l’erreur et regarder s’il peut la résoudre à partir d’un code erreur qui apparaît sur son écran.

Je ne pose pas de questions.. mieux vaut le laisser se concentrer. C’est assez difficile car il est interrompu par la radio. On lui demande ce qui se passe. On lui précise qu’on lui referme les signaux. Après plusieurs manipulations trop techniques pour moi, nous pouvons repartir. Il est 17h33 : Ghislain redemande l’ouverture des signaux.

Nous arrivons à quai à 17h42. Le train n°3665 ne partira qu’à 18h06 soit avec 25 minutes de retard. Beaucoup d’aléas en peu de temps… peu de marge d’actions.

Si on résume, pour que le 3665 parte à l’heure, il fallait :

  • un agent de conduite avec une loco qui fonctionne
  • une rame rendue à l’heure par la maintenance
  • un agent de manœuvre pour accrocher la rame à la loco à Masséna
  • un agent de manœuvre en gare pour décrocher la rame
  • un agent de conduite qui amène une loco à la tête du train en gare
  • un agent de manœuvre pour accrocher la rame
  • le conducteur voyageurs pour faire partir le train

Cela fait beaucoup de manipulations et un grain de sable dans tout cela peut complètement bouleverser la régularité.

J’espère que cet article vous apportera quelques éléments de compréhension.

Je sais que vous souhaitez échanger avec les responsables de Masséna. J’ai peut-être trouvé un moyen, je vous en dirai plus très prochainement !

7 commentaires pour “Visite à Masséna : un après-midi avec les conducteurs qui acheminent les rames”

  1. Dominique

    Bonjour Ludivine et merci pour cet article.
    Très instructif et éclairant sur l’organisation sans doute d’un autre âge et qui pouvait fonctionner avec des équipes nombreuses. En outre la vétuste des locomotives et du matériel n’arrange rien mais j’ai bien compris que nous sommes à la veille d’un véritable changement d’organisation.
    La mutation des métiers est perceptible dans votre article, ainsi que les impératifs de sécurité, quitte à générer un retard du départ du train.
    Encore merci pour ces informations et votre rédaction très claire.
    Bon week-end à vous.
    Dominique.

  2. Ec

    Malheureusement beaucoup de choses, le savoir faire de tous ça va bientôt être encore plus réduit, on est le seul pays a pu vouloir de rames tractées, faut voir en Suisse, Allemagne, Autriche, etc … Y’en a encore…
    Mais bien larticle, cela permet aux gens de se rendre compte de tous 🙂

  3. Bc29

    Bonsoir
    Petite question pour un responsable du centre . Le fameux carnet de bord ou est normalement répertorié tous les incidents techniques est il visé quotidiennement par le responsable . Les actions correctives sont elles tracées et au final traitées

    • Ludivine Mantin Ludivine Mantin

      Bonjour Bc29, oui ils sont tous vus et normalement traités mais comme on a la possibilité le 28 mars de poser la question directement aux responsables de Masséna, n’hésitez pas à poser votre question lors du Tchat ou si vous ne pouvez pas y participer avant dans cet article.

  4. Bc29

    Bonjour
    Ce matin la même rame avec porte qui ne se ferme pas . Soit le responsable ne sait pas lire soit cela n’ai pas mentionné. Car à priori les contrôleurs ne disposent pas des clefs des baies non!!!!. Mais comme vous l’indiquer des un post de nouvelles rames sont en commande.

  5. victorien45

    Bonjour Ludivine,
    Merci pour l article qui permet de mieux comprendre
    Les choses pour ma par. Tout est très imbriqué et demande une grande organisation, je n imaginais pas autant de choses pour faire un train complet et où je peux voyager.
    Bonne soirée
    Victorien

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles.