Pré-alerte grève 24 septembre 2019

Les fondamentaux de la SNCF : le principe d’adhérence du matériel

Vous voulez en savoir plus sur le freinage de vos trains ? Cet article peut vous aider à mieux comprendre le principe d'adhérence de vos trains sur les rails.

Ludivine Mantin

Ludivine Mantin

icon-email

La roue et ses composantes

L’essieu

Il est composé de deux roues serties sur un axe. Placé transversalement sous le véhicule, il supporte une partie ou la totalité de son poids.

La boîte d’essieu

Elle sert à assurer la liaison entre les essieux et le véhicule. C’est cet endroit qui permet de détecter la surchauffe des essieux grâce au détecteur de boite chaude.

Le Bogie

C’est une sorte de chariot placé sous la caisse sur lequel se fixent les essieux. Il sert à s’orienter correctement dans les courbes.

Le principe d’adhérence

L’adhérence, c’est l’union entre deux surfaces, dans notre cas c’est le contact fer/fer. C’est la capacité, pour un véhicule, de maintenir le contact avec la surface sur laquelle il roule. les pneus d’une voiture sur le bitume ont une adhérence 5 fois supérieure aux roues en acier d’un train sur les rails. Au moment du freinage, le train glisse sur les rails, alors que la voiture accroche la route par frottement.

L’adhérence entre la roue et le rail est primordiale pour faire circuler nos trains. Elle conditionne l’effort de traction ou de freinage qui peut être transmis de la roue vers le rail afin de faire avancer ou ralentir le train. Si l’adhérence est dégradée, une augmentation des distances de freinage est à prévoir.

Afin de limiter ces phénomènes, l’anti-patinage en traction et l’anti-enrayage en freinage ont été mis en place sur les matériels récents.

Le phénomène d’enrayage et de patinage

Les feuilles mortes, la pluie fine, le brouillard peuvent entrainer ce type de phénomène.

Le patinage :

On patine lorsque l’on a une perte d’adhérence au moment de l’accélération du train. Comme on a du mal à accélérer et à atteindre la vitesse normale, cela peut engendrer du retard. Il peut même arriver que le train ne parvienne pas à redémarrer après un arrêt. Dans ce cas il faudra attendre l’arrivée d’une locomotive pour le dépanner.

L’enrayage :

C’est l’inverse du patinage. C’est la perte d’adhérence au freinage. Dans ce cas, on allonge la distance de freinage. Et cela peut dégrader le matériel. Dans les cas les plus sévères, les dégâts constatés sur les roues et sur les rails nécessitent l’intervention des services de maintenance. Il faut parfois en effet envoyer le train en atelier quand la roue a un défaut de circularité, un plat se forme suite à l’enrayage. Il faut alors « reprofiler » la roue dans une machine-outil spécialisée. Il faut parfois également changer les essieux et pour cela retirer la rame de la circulation.

Le système de freinage

Le freinage électrodynamique

Il est aujourd’hui fréquemment utilisé. Il se « nourrit » de la vitesse du train : plus le train roule vite, plus ce type de freinage est performant. Le courant  permet donc de faire avancer le train mais également de le freiner, les moteurs fonctionnent alors en générateur.

Le frein pneumatique

C’est la technique de freinage la plus ancienne, celle que l’on retrouve sur nos Corails, mais aussi la plus répandue. Le conducteur dose son freinage. Ses consignes de freinage passent dans la « conduite générale de frein » qui est installée sur toute la longueur du train. Cela actionne les semelles de freinage ou Bloc de frein sur les roues.

Exemple illustrant un système de freinage

Les distances de freinage

A peine le temps de tourner la tête et le train est déjà là ! A 120km/h, un train parcourt 100m en 3 secondes.

Voici quelques exemples de distances de freinage d’urgence :

J’espère avoir été claire dans mes explications, n’hésitez pas si vous avez des questions !

A bientôt pour la suite des fondamentaux  avec une explication sur « le canton ».

Relisez les articles précédents sur les fondamentaux :

Le sillon

Qu’est ce qu’un train pair et un train impair ?

 

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles.