Les fondamentaux de la SNCF : Le canton, le circuit de voie et la signalisation

Le cantonnement des trains et la signalisation sont des moyens utilisés pour assurer un espacement des trains circulant dans le même sens sur une même voie. Je vous propose d'illustrer leur fonctionnement dans cet article.

Ludivine Mantin

Ludivine Mantin

icon-email

Par principe, on admet la présence d’un seul train par canton, c’est à dire dans une section de voie prédéfinie. Cela permet de garantir la sécurité des circulations. Ainsi lorsqu’un train s’arrête cela va avoir un impact sur tous les trains qui le suivent.

Prenons comme exemple le schéma ci-dessous :

La train A est entré dans le canton 3, le signal le précédant s’est donc fermé. Le train B peut lui entrer dans le canton 1 car la signalisation présente un « voie libre » en raison de la position du train A, se trouvant deux cantons devant.

Prenons le train C maintenant. Il doit ralentir à l’approche d’un aiguillage mais il va passer devant le train A puisque la signalisation lui donne la priorité.

Le train C sera face à un « voie libre » (circulez ! « ) en fin de canton 5 et le train A à un « carré » (obligation de marquer l’arrêt) en fin de canton 4.

Fermeture et ouverture de canton :

Elles peuvent être faites :

  • Manuellement par échange d’informations entre postes de cantonnement
  • De manière automatique (cas le plus fréquent) grâce aux systèmes dits de « block automatique ». Ce système utilise les circuits de voie (Je vous explique plus bas ce que c’est).

2 types de cantonnements :

  • Le « cantonnement absolu » : dans ce cas, la règle du cantonnement est appliquée strictement. Il est interdit de pénétrer dans un canton occupé.
  • Le « cantonnement permissif » : il est répandu en France. On autorise un train à entrer dans un canton occupé, sous conditions particulières, comme respecter la marche à vue. Le train ne doit alors pas dépasser les 30 km/h et être en mesure de s’arrêter avant un obstacle ou une queue de train.

Les circuits de voie

Il s’agit d’un circuit électrique empruntant les rails d’une voie ferré. Il va permettre de détecter la présence d’un train dans la section de voie et de commander automatiquement les signaux de protection.

La signalisation

Elle donne les indications aux conducteurs. Elle leur permet d’adapter la conduite de leur train à la situation rencontrée sur le terrain.

Les signaux sont implantés à gauche ou au dessus de la voie. A droite dans les endroits où l’on peut circuler à contresens.

Historiquement, en France, les trains roulent à gauche mais il existe une exception. En Alsace-Lorraine, les trains roulent à droite. La Région allemande de 1870 à 1918 répondait aux normes du pays où, à l’époque sur les routes comme sur les voies ferrées, on circulait à droite.

Aujourd’hui, on peut parfois rouler dans les deux sens si la signalisation est présente des 2 côtés. Dans ce cas, on parle d’installations IPCS (Installation Permanente de Contresens).

Retrouvez les autres articles sur les fondamentaux :

Le sillon

Qu’est ce qu’un train pair et un train impair ?

Le principe d’adhérence du matériel

 

 

13 commentaires pour “Les fondamentaux de la SNCF : Le canton, le circuit de voie et la signalisation”

  1. Don Pato

    Bonjour,

    Merci pour ce cours mais permettez-moi d’y faire deux remarques, e i je ne me trompe :

    – Le terme exact du « Block Automatique » est « Block Automatique Lumineux » (en abrégé « BAL »).

    – Si il est précisé sur un signal « Nf » (« Non franchisable ») il n’est pas possible de le dépasser si il est rouge fixe.

    Cordialement

    • Don Pato

      Petite précision :

      Dans ce dernier cas, très exceptionnellement, il pourra être donnée une autorisation référencée (par le téléphone au bord des voies ou par radio) pour le dépasser, en circulant « au pas ».

      Avant de démarrer le conducteur notera sur le livre de bord de la motrice son nom, celui de son correspondant, le message qu’il lui a transmis, sa référence ainsi que certaines précisions (lieu de l’incident, les circonstances, la date et l’heure…)

  2. chris

    Je vous suggère de faire un article sur comment effectuer une réclamation à la SNCF, cela nous sera plus utile.
    Merci.

    • Don Pato

      Bonsoir,

      Vous devriez aussi faire, Madame, un article prolongeant celui présent et se penchant sur la question suivante :

      « Comment faire pour que signaux et aiguillages soient le plus fiables possible permettant l’écoulement des trains à un haut degré fluidité pour qu’ils respectent à la minute près leurs horaires ? ».

      Où est-il le temps où les mécaniciens mettaient un point d’honneur de « Faire l’heure » quelques soient les conditions de circulations ?

      Aujourd’hui il est évident que leurs successeurs ont bien d’autres préoccupations et qu’il ne prennent aucun cas de ce que peuvent bien penser d’eux les clients qu’ils transportent (quand ils en ont le temps et n’ont pas d’autres choses plus importantes à faire ou laissent tout simplement passer l’heure à laquelle ils doivent – ou devaient – prendre leur service).

      Ils oublient tout simplement un élément primordial : ce sont leurs voyageurs qui les font vivre via l’achat de leurs titres de transport.

      Autre temps autre moeurs comme disait Jules César !

      Cordialement.

    • Grincheuxmaispasque

      Comme tout le monde y va de son conseil ou de sa remarque :
      o tempora, o mores
      Autres temps, autres moeurs est plutôt attribué à Pindare qu’à César

    • Stéphane Ascoët

      Don Pato, le fonctionnement dont vous parlez date du temps où on investissait beaucoup d’argent dans le rail. Si ce n’est plus fait, c’est parce que les gens veulent payer le moins cher possible d’une part, et votent pour ceux qui appliquent le premier point d’autre part. Ils n’ont donc qu’à s’en prendre à eux mêmes.

  3. Gavé!

    C’est vrai que c’est aussi intéressant que le baillement des vaches le long des voies (prochain article ?). Puisque on parle de « fondamentaux », l’article 1 d’un imaginaire « code du cheminot » ne pourrait-il pas être de respecter les horaires et les voyageurs ? Allez, encore un petit pas vers le crash du 5 décembre ..

    • Ludivine Mantin Ludivine Mantin

      Bonjour Gavé, je comprends que ce n’est pas votre priorité actuelle, il en faut pour tout le monde et un blog est aussi un lieu où l’on peut apprendre des choses, même si beaucoup d’habitués connaissent très bien notre entreprise 🙂 Et je n’oublie pas pour autant votre quotidien. A très bientôt

  4. Stéphane Ascoët

    Le dessin est trop petit(même si je connais déjà tout cela)

    • Ludivine Mantin Ludivine Mantin

      Bonjour Stéphane Ascoët, je vais l’agrandir.

    • Stéphane Ascoët

      Merci!
      Autrement, ceci et plein d’autres choses faisant partie de notre quotidien sont formidablement montrées dans https://www.youtube.com/watch?v=5wwE7xjVR4Y

      Avec plein de belles motrices multi-colores(je crois même que celle dans laquelle monte Jamy est affectée à notre ligne, mais peut-être sans sa livrée d’époque), des panneaux d’affichage géants(dont même un mécanique! Ouah)

    • Stéphane Ascoët

      Euh oups c’est Fred qui monte dans la BB 26000, Jamy c’est dans le camion…

    • Pierre B.

      C’est pas sorcier sont d’excellentes émissions, certes faites au départ plutôt pour les enfants mais que même adultes on peut regarder avec plaisir.
      On n’y apprend toujours pleins de choses.
      Elles existent en coffrets DVD à offrir ou à s’offrir.🙂

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Si vous déposez un commentaire pour la première fois, un message sera envoyé à l'adresse indiquée. Pour que votre commentaire soit publié, vous devrez cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans l’email. NB : si ce message n’apparaît pas dans votre boîte de réception, vérifiez qu’il ne se trouve pas par erreur dans votre courrier indésirable (spam). En renseignant votre mail, vous acceptez notre politique sur les données personnelles.