descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

TER Vallée de la Marne

plan de la ligne TER Vallée de la Marne

lundi 26 juin 2017, 11:13

Un mois de juin catastrophique sur notre ligne

par Krystel Doosterlinck

Oui j’ai été absente du blog toute la semaine dernière : une mauvaise chute dimanche dernier, un coude en vrac ! Un arrêt maladie qui court jusqu’au 3 juillet (date de reprise). Je retrouve peu à peu de la mobilité. Il n’empêche, je souhaitais prendre la parole, bien consciente que ma mésaventure n’est rien par rapport à vos conditions de circulation en ce mois de juin.

Arbre sur la voie provoqué par un orage du côté de Mardeuil, problème matériel, feux de talus, ralentissements pour cause de mesures fortes chaleurs, suppressions de train afin de gérer les conflits de circulation en région parisienne et jeudi un arrachement caténaire… tous ces incidents ont provoqué des retards parfois de plus de 4 heures…

Si les causes sont souvent externes à SNCF et provoquées notamment par les conditions climatiques exceptionnelles de ce mois, il va de soi qu’une analyse fine des conditions de prises en charge et d’information qui ont été mises en place doit être effectuée car vos retours et ceux des présidents d’association montrent clairement que nous avons manqué à notre tâche.

Toutes les avancées de ces derniers mois ont été mises à mal en moins de quelques jours ! Ces événements ont montré notre faiblesse quand il y a un et parfois plusieurs gros incidents en même temps.

Les analyses sont en cours et il me serait difficile ou maladroit de donner quelques pistes d’amélioration sans avoir participé à ces retours d’expérience (en raison de mon absence provisoire). Mais il me semble primordial de prendre en compte la spécificité de la ligne TER Vallée de la Marne si on souhaite mettre en place une prise en charge efficace : une ligne de 253 km ( Paris-Bar-le-Duc), qui traverse la région parisienne, qui transporte en heures de pointe des centaines de passagers qui pour la plupart bénéficient à l’heure actuelle d’une tarification nationale. Vous devriez pouvoir bénéficier de solutions de report plus larges et plus flexibles.

Si nous devons mieux anticiper l’information, nous devons aussi, à mon avis, ne pas être si optimiste sur la durée de l’incident. C’était d’ailleurs l’une des pistes d’amélioration envisagée lors de la réunion de travail sur le sujet avec les présidents d’association le 2 mars dernier.  En heure de pointe, je me demande s’il ne vaudrait pas mieux une suppression de train et un report TGV ou Transilien anticipé, que de faire partir un train de façon aléatoire. L’estimation du temps de rétablissement devrait être considérée comme telle : une simple estimation de temps.  On ne devrait pas fonder tous nos plans autour de celle-ci, c’est trop risqué. Il faut prévoir des solutions qui n’en sont pas tributaires. Prévoir le pire pour mieux anticiper les reports ?

Il y a quand même un point positif : lors de ces événements, tous les agents ont fait le maximum pour rétablir au plus vite la situation et nous n’avons pas eu à déplorer de suppression sur les premiers trains du matin, en semaine.

N’hésitez pas à me faire part de la façon dont vous avez vécu ces incidents, au niveau de la prise en charge notamment, de l’info à bord, ou en gare. Et si de votre côté, vous avez des idées, des suggestions, n’hésitez pas à me les faire remonter également. Je partagerai les miennes et les vôtres dès que je serai de retour au bureau la semaine prochaine.