descriptif de l'image SNCF

Le blog maligne-TER

Yonne Ile-de-France

plan de la ligne Yonne Ile-de-France

jeudi 02 juin 2016, 0:33

Petit retour

par Bastien Jancourt

Sur les différents messages que vous avez envoyé durant mon absence, je vais répondre à certains d’entre vous lorsque cela est possible.

Pour le 31 mai, le 891093 a connu un important retard suite à un éboulement aux abords des voies (à Bois le Roi)

Pour le 27 mai, le 891009 supprimé était la conséquence d’une tension sur le parc de locomotive du TER Bourgogne. Si on vous a indiqué que le train prévu était supprimé alors qu’il n’était pas en panne, cela est probablement du au fait que le trajet supplémentaire qui lui aurait été imposé (et en l’occurrence le nécessaire doublement du trajet pour rejoindre un centre de maintenance) aurait conduit à une péremption d’une visite technique de sécurité obligatoire sur la rame (tous les X kilomètres ou tous les X jours) ce qui bien que théoriquement en état de rouler lui interdit l’accès au réseau ferré.

 

Pour la comparaison avec les Transilien, la majorité des retards des TER que vous empruntez se situent en Ile de France, et la régularité des Transilien D et R s’est redressée, elle partait de très bas. Personnellement je ne souhaite pas particulièrement rentrer dans ce débat, pour l’heure je suis persuadé que nos trains sont plus confortables et plus souvent à l’heure mais vous avez le droit de le voir autrement.

 

Concernant les différents avantages et autres, c’est un corpus comme un autre, chacun juge les bénéfices et les contraintes de son travail, et sa capacité et volonté à changer la situation si il le souhaite et si il le peut.

Comme de nombreux autres salariés, les cheminots ont pour un certain nombre de lourdes contraintes professionnelles qui viennent s’ajouter à des contraintes personnelles. Certains font des métiers plus ou moins ingrats (et l’entreprise de par ses évolutions nécessaires n’envoient pas forcément un message d’espoir à ces derniers) D’autres gagnent confortablement leur vie au prix de différents sacrifices et renoncements. Sans doute que vu de l’intérieur, tout n’est pas juste, probablement que de l’extérieur d’autres choses apparaissent injustes.

Personnellement je suis convaincu que la plupart des personnes auxquelles vous êtes confrontées sont dans des situations délicates et si vous stigmatisez la supposée faible part « répressive » du management, vous ignorez la part extrêmement forte de pression exercée par le fait d’avoir des voyageurs à satisfaire car l’effet d’un groupe mécontent (souvent à juste titre) sur quelques personnes (souvent peu responsables du problème)  est quelque chose de symboliquement bien plus violent que la pression hiérarchique.

Une fois ceci dit, dans une entreprise historiquement publique de 150 000 salariés, il y a sans doute des systèmes et de l’organisation du travail qui vont à l’encontre de ce que certains vivent dans le privé (ou tout n’est pas toujours noir non plus)

Je sais que rapidement vous allez nous faire remonter un comparatif entre le nombre de trains supprimés et le faible % de salariés grévistes (y compris partiellement en grève) il en est ainsi quasiment partout, certains sont plus indispensables que d’autres à un instant t, et à partir du moment où cette condition s’exerce avec une forte technicité, ils ont le rapport de force suffisamment en leur faveur pour obtenir un certain nombre de choses.

 

Pour répondre plus globalement sur la fierté du travail fait et sur les conditions de transport, je porte un regard mitigé. Mitigé parce que ces conditions (y compris économique) restent ce qui peut se faire de mieux dans l’immense majorité des cas pour les lecteurs de ce blog et que bon an mal an nous produisons un service indispensable à beaucoup. Après, mitigé parce que ce service est difficile depuis un certain temps. Soit pour des raisons impérieuses (les travaux sur les voies, l’augmentation des causes externes) et dans ce cas là je suis plutôt fier de l’investissement et de l’engagement de mes salariés pour résoudre des situations humaines très compliquées et faire de leur mieux dans un contexte qu’ils ne peuvent pas du tout maitriser. Soit pour des raisons liées à notre travail collectif que vous nous faites remonter (problème de maintenance, problème dans l’organisation des horaires, problèmes dans le système informatique, informations parfois contradictoires et pratiques commerciales hétérogènes)

Non, nous ne sommes pas particulièrement satisfaits d’avoir une régularité de 83% (suppressions incluses) ce mois-ci, pas plus en tant qu’entreprise d’être confronté à des mouvements sociaux lancinants